Samedi 15 décembre 2018 | Dernière mise à jour 19:44

Yverdon Fête des yodleurs: plongez au cœur de cette tradition

À l’occasion de la Fête romande des yodleurs, célébré ce week-end à Yverdon, «Le Matin» vous emmène aux origines de cet art ancestral.

Fête romande des yodleurs

À Yverdon-les-Bains, du vendredi 29 juin, à 14 h, au dimanche 1er juillet, 20 h. Au programme: concours de yodel, cors des Alpes et lancer du drapeau.
Infos: www.yverdon2018.ch

Fête romande des yodleurs

À Yverdon-les-Bains, du vendredi 29 juin, à 14 h, au dimanche 1er juillet, 20 h. Au programme: concours de yodel, cors des Alpes et lancer du drapeau.
Infos: www.yverdon2018.ch

Quelques dates

1830 Des compositions originales à plusieurs voix pour chœur ont commencé à voir le jour.

FIN XVIIIe Apparition en Appenzell du «yodel naturel», une forme de chant polyphonique improvisé en groupe.

1910 Création de l’Association suisse des yodleurs qui
est devenue en 1932 l’Association fédérale des yodleurs.

1924 1re Fête fédérale des yodleurs.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Plus de 3000 yodleurs, joueurs de cor des Alpes, lanceurs de drapeaux et 30'000 visiteurs sont attendus ce week-end, du 29 juin au 1er juillet, à Yverdon-les-Bains, pour la 29e Fête romande des yodleurs. Chanté à l’origine par les armaillis pour rester en contact d’un alpage à l’autre ou pour rappeler le bétail, le yodel connaît aujourd’hui une popularité inattendue.

D’où vient le yodel?

Yodler, c’est passer sans transition de la voix de poitrine à la voix de tête et vice versa sur une suite de voyelles et de consonnes sans signification (yo, ou, ho, lu). Au sens de cette description, le yodel est répandu dans le monde entier, mais surtout dans les régions montagneuses des Alpes: notamment dans le Tyrol, en Autriche, dans l’Allgäu, en Allemagne, en France et bien sûr en Suisse. «Les armaillis chantaient le yodel pour communiquer d’une colline à l’autre, relève Albert Graf, soliste au yodlerklub Alpenrösli de Lausanne. C’était une façon de se donner des nouvelles. Les bergers restaient seuls trois ou quatre mois sans visite, et il n’y avait pas de téléphone à l’époque. Si l’armailli entonnait un yodel mélancolique, c’est qu’il n’était pas trop en forme. S’il ne chantait pas du tout pendant trois ou quatre jours, on s’inquiétait.»

Le yodel était également utilisé pour rameuter le bétail. Albert Graf peut en attester l’efficacité car il a directement vécu une expérience de la sorte: «Je me souviens d’une fois où l’on chantait en duo dans un pré «La youtse» et le «Ranz des vaches» de Joseph Bovet. Les vaches étaient dispersées plus loin. Quand nous avons terminé les chants, toute la troupe s’était mise en cercle autour de nous», raconte-t-il, attendri. À noter que la forme la plus simple du yodel est basée sur le cri de rappel du bétail: la youtse.

L’improvisation en groupe

Outre le chant solitaire, les armaillis aimaient aussi se retrouver ensemble pour pratiquer le yodel traditionnel, une forme de chant polyphonique improvisé, apparu dès la fin du XVIIIe siècle en Appenzell. Un chanteur soliste entamait un yodel lent pendant que les autres recherchaient un ton correspondant, qu’ils chantent ou fredonnent pour accompagner la mélodie. C’est de cette manière primitive que l’on peut entendre dans différentes régions montagneuses de Suisse des yodels d’une à cinq voix. Ils se les transmettaient à l’oreille. «Chaque chanteur s’approprie le yodel comme il le sent. S’il transforme un petit passage à sa manière, le chant évolue», souligne Albert Graf.

Au fil du temps, des compositions originales à plusieurs voix pour chœur ont vu le jour, où étaient combinés strophes à paroles et refrain yodlé. La Suisse compte plus de 100 compositeurs de yodel traditionnel et environ 2000 de chants yodlés, principalement en allemand, mais également en français. «De nombreux compositeurs se rendent dans la montagne pour se laisser inspirer, trouver des textes ou entendre dans la nature la mélodie qu’ils vont écrire après. Ils font ensuite l’harmonisation à la maison pour les différentes voix», remarque Albert Graf. Énormément de chants concernent la vie à l’alpage, le bétail, les saisons, les fleurs.

Entre modernité et tradition

L’Association suisse des yodleurs créée en 1910 est devenue l’Association fédérale des yodleurs en 1932. L’organisation de groupes régionaux et les compétitions musicales ont apporté au yodel une popularité inattendue. Avec plus de 25 000 yodleurs actifs en Suisse, le phénomène touche tout le pays. De plus, une nouvelle forme de yodel, plus légère et plus moderne s’est frayé un chemin dans la musique ethnopop. Mais pour Albert Graf, on ne peut pas la qualifier de yodel traditionnel: «Il y a un groupe aujourd’hui qui passe beaucoup à la télé et qui chante des «schlager» et des «tyroliens» et malheureusement on est beaucoup confondus avec eux. Leurs chants sont entraînants et rapides, mais ce n’est pas la coutume du yodel suisse qui se veut plus lent et plus profond», explique-t-il. (Le Matin)

Créé: 28.06.2018, 08h29

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.