Mardi 7 avril 2020 | Dernière mise à jour 19:38

A nos lecteurs Vous êtes notre fierté

L'éditorial du rédacteur en chef du «Matin» tel que publié dans l'édition papier de ce jour.

Place au tout numérique

La version papier du journal «Le Matin» paraîtra pour la dernière fois
le 21 juillet.

Ainsi en a décidé mercredi son éditeur, Tamedia. L’avenir du quotidien romand s’écrira désormais uniquement sous forme numérique.

Jusqu’à 41 personnes sont menacées dans leur emploi.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C'est une scène que j’ai savourée tant de fois durant les quatre ans que j’ai passés à la tête du «Matin». Entrer dans un café, un tea-room, un pub – peu importe. Regarder autour de soi et découvrir un Romand plongé dans la lecture d’un journal en petit format bariolé d’orange. Tourner la tête et en voir un autre, puis encore un autre. Ici des pages Sport décortiquées, là de la People picorée, ailleurs encore de l'actu chaude dévorée. Ce tableau dans les bistros romands est la fierté de tous ceux qui ont travaillé ou travaillent encore pour ce quotidien.

«Le Matin»? Un copain, un compagnon qui vous accompagne dans ces petits moments de détente privilégiés. Une institution aussi. Boulevard, populaire, grand public. Choc, provoc, émouvant, futile, expert, ludique. Quelle que soit l’étiquette qu’on lui colle, il ne laisse personne indifférent. «On adore le détester», m’avait-on même soufflé une fois, résumant ainsi assez finement le rapport que le public entretient avec «la vitamine orange», pour renvoyer à un célèbre slogan dont le titre s’était doté. Hier, le groupe Tamedia, qui édite «Le Matin», a tranché: la version papier du titre s’arrêtera le samedi 21 juillet. Un journal qui meurt, c’est un peu comme un livre qu’on brûle: le symbole est fort dans une société qui a plus que jamais besoin d’une information plurielle accessible à tous. D’autant que ce média-là, en particulier, tenait ce rôle social si particulier.

Cela dit, la marque perd un support mais ne meurt pas. Elle compte même se relancer sur ses solides bases numériques. Avec ses 116 000 utilisateurs uniques quotidiens (comptage fait sur sondage pour recenser les personnes fidèles à nos contenus en ligne), elle est la troisième plate-forme d’information en ligne de Suisse romande. Une position idéale pour aller conquérir de nouveaux territoires. Ce développement se fera essentiellement sur mobile, un support qui représente déjà près de trois quarts de notre audience.

Avec de l’information diffusée sur smartphone, on est bien loin de l’austère «Tribune de Lausanne», fondée en 1893 (125 ans pile!) et qui fusionna avec une autre feuille, «L’Estafette», trois ans après. À une époque où la presse affichait clairement son orientation politique, la «Tribune» a été le premier titre d’information romand s’affichant indépendant politiquement. La formule du dimanche apparaît en 1914, la couverture sportive appuyée après 1945. Rebaptisé la «Tribune - Le Matin» en 1984, il devient «Le Matin» tout court en 1984, passant au petit format actuel en 2001. Tout au long du XXe siècle, par son prix, ses choix, sa ligne, le titre s’est profilé dans un registre populaire, qui demeurera son positionnement à l’ère du tout numérique.

L’évolution rendue officielle hier se fera sans moi. Dans ce contexte, je n’ai pas souhaité prendre la direction du projet. Une fois le dernier numéro sorti le 21 juillet, je céderai ma place à Laurent Siebenmann, jusqu’ici journaliste au «Matin», qui a toutes les qualités requises pour conduire ce titre vers le succès digital. Ce fut un honneur et un plaisir de piloter «Le Matin» durant quatre ans avec mon adjoint Simon Koch. Les prochaines semaines seront difficiles pour toute l’équipe, vu les enjeux liés à l’emploi, et je pense à eux. Mais ce titre va continuer à vivre et je souhaite de tout cœur que cette existence, fût-elle dans les tuyaux informatisés, soit longue et remplie de succès.

Allez, bon café!

Créé: 08.06.2018, 09h11

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.