Vendredi 14 décembre 2018 | Dernière mise à jour 16:35

Sécurité Se filmer à skis: attention, danger!

Dévaler les pentes avec une caméra sur la tête augmente les risques d’accident, s’inquiète le BPA. Notamment car la résistance des casques peut s’en trouver altérée.

D’après le Bureau de prévention des accidents, les caméras poussent certains skieurs à prendre des risques supplémentaires.

D’après le Bureau de prévention des accidents, les caméras poussent certains skieurs à prendre des risques supplémentaires. Image: AP

Les caméras sur les casques sont-elles dangereuses?

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Cette saison, une avalanche de casques équipés de minicaméras de type GoPro risque bien de s’abattre sur les pistes de ski du pays. Cela inquiète le Bureau de prévention des accidents (BPA). «Skier en se filmant pousse les gens à prendre des risques, voire à sortir des pistes balisées pour y faire des prouesses plus photogéniques, déplore Magali Dubois, porte-parole du BPA. Leur attention se focalise trop sur le film et pas assez sur la piste.» S’ajoute à cela le fait que, toujours d’après le BPA, ces caméras pourraient aggraver les conséquences d’une chute en déportant la tête d’un côté ou d’un autre ou en diminuant la résistance des casques aux chocs.

Ce risque pourrait sembler négligeable au quidam, car ces caméras sont fixées sur les casques via des sangles élastiques ou via un support autocollant, et qu’elles sont donc éjectées en cas de choc dans les deux cas. Mais cette impression est trompeuse. «Car ajouter quoi que ce soit sur un casque est susceptible d’en altérer les propriétés de résistance. Et toutes pièces rapportées peuvent faire un poinçon sur le casque au point d’impact», explique Anne Dupré. Cette spécialiste des accessoires de protection chez Salomon souligne que la multiplication des caméras sur les casques suscite un «gros débat» chez les fabricants, qui vendent tous des modèles ayant été testés et certifiés mais sans pièces ajoutées. «Cela fait polémique surtout depuis l’accident de Michael Schumacher.»

Depuis deux saisons, fixer une caméra sur son casque est une pratique ne se cantonnant plus seulement aux jeunes freestylers et freeriders. Elle s’est généralisée aux skieurs de tout âge et de tout niveau. «On en trouve dès 150 fr. et, en 2013, plusieurs dizaines de milliers avaient été écoulées. La sortie fin octobre du modèle GoPro Hero4 devrait booster les ventes», confirme Pierrick Willemyns, responsable pour la Suisse romande chez Intercycle, seule entreprise habilitée à importer la marque américaine en Suisse. Pas moins de 60 exemplaires ont par exemple été écoulés l’hiver passé dans le seul magasin Athleticum de Conthey (VS).

De la pub pour les stations

Du coup, de rares fabricants de casques tels Giro ont sorti des modèles comportant déjà un insert pour fixer la caméra et ayant ainsi passé les tests de résistance. Ces avancées technologiques ne règlent pas le problème des accidents dus à l’inattention générée par ces caméras. Aucune statistique n’existe d’ailleurs à ce sujet. Reste les impressions des uns et des autres.

Joël Morerod, chef de la colonne de secours des Diablerets (VD), estime que se filmer pousse à vouloir faire des choses dangereuses. «Les morts recensés parmi les basejumpers tentant de flirter avec le sol pour faire des images spectaculaires l’ont prouvé ailleurs», explique le Vaudois. Marc-Henri Duc, directeur de l’Ecole suisse de ski de Villars (VD), est moins alarmiste. Pour lui, ces outils peuvent parfois même être utilisés à titre didactique par les professeurs de ski.

Sans compter que ces petits films bien souvent diffusés largement sur le Net sont comme autant de publicités gratuites pour le ski en général et les stations en particulier. (Le Matin)

Créé: 19.11.2014, 07h06

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.