Dimanche 18 août 2019 | Dernière mise à jour 14:22

Valais La forêt de Täsch victime de la «tordeuse grise» du mélèze

Les 25 hectares desséchés dans le Haut-Valais sont victimes d'un petit papillon de nuit et sa chenille vorace. La plupart des mélèzes touchés vont survivre à cette attaque.

C'est une petite chenille, qui se développe environ tous les dix ans, qui ravage les aiguilles des mélèzes. L'année prochaine cette zone de forêt devrait retrouver son état normal.

C'est une petite chenille, qui se développe environ tous les dix ans, qui ravage les aiguilles des mélèzes. L'année prochaine cette zone de forêt devrait retrouver son état normal. Image: Jean-Louis Pitteloud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'image est impressionnante. Quelque 25 hectares de forêt touchés par un mal mystérieux en dessus de Täsch, près de Zermatt, dans le Haut-Valais. Sécheresse ou maladie ? En cette année 2019, où les forêts helvétiques subissent le contrecoup de la sécheresse de l'année dernière et sur fond de réchauffement climatique, la question est sensible.

Des arbres pas morts

En réalité, ici, à 1600 mètres d'altitude, ce phénomène n'a rien à voir avec la sécheresse. Ce ne sont pas de sapins qui sont touchés, mais des mélèzes. Le chef du Service des forêts et du paysage à l'Etat du Valais, Jean-Christophe Clivaz, explique: «Ces arbres sont affectés par un papillon de nuit appelé la tordeuse du mélèze. C'est un insecte qui d'une manière cyclique peut faire des dégradations. La couronne des arbres devient brune, mais cela ne veut pas dire qu'ils sont morts. La plupart vont se rétablir au printemps prochain.»

Attaquées par les guêpes

L'année dernière, la tordeuse grise du mélèze avait déjà fait parler d'elle dans les Alpes. L'Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage (WSL) avait décrit l'évolution de l'attaque. Les chenilles de la tordeuse du mélèze s'en prennent aux aiguilles qui roussissent jusqu'à fin juin début ou juillet. La présence en grande quantité des chenilles attire une variété de guêpes parasites, avec pour conséquence une chute brutale de la population des tordeuses. Au mois d'août, l'impact diminue avec l'apparition de nouveaux bourgeons.

Fin du cycle

Lorsque les aiguilles des arbres redeviennent normales - et que les guêpes parasites sont décimées à leur tour faute de nourriture - les populations de tordeuses grises se reconstituent alors lentement. Le garde-forestier de la région de Täsch, Matthias Hutter, précise que cette forêt de 25 hectares est sans doute la dernière touchée par le cycle du papillon: «Cela a commencé en 2017, avec quelques surfaces en Valais. 2018 a été l'année la plus spectaculaire dans les Alpes et cette année ce sont les dernières surfaces.»

Tranquille pour dix ans ?

Le cycle du retour des tordeuses est d'environ dix ans. En 1979, la Suisse a connu sa dernière grande infestation en Haute-Engadine. Les cycles suivants (1989, 1999, 2008) ont été peu visibles, contrairement à celui de 2018-2019. «Pour plusieurs décennies, nous devrions être tranquilles», espère le garde-forestier haut-valaisan.

Créé: 16.07.2019, 11h25

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.