Vendredi 6 décembre 2019 | Dernière mise à jour 23:40

Manifestation Les «fous» défilent à Genève contre les préjugés

Quelque 500 personnes ont participé à une marche jeudi dans les rues de la cité de Calvin pour déstigmatiser la maladie psychique.

La Mad Pride à Genève, jeudi.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La première Mad Pride de Suisse a rassemblé jeudi après-midi près de 500 personnes dans les rues de Genève. Ce cortège festif composé de malades et de leurs proches ainsi que de soignants visait à déstigmatiser la maladie psychique.

«Soyons fous, soyons nous!» scandaient de nombreux manifestants. Les pancartes abordaient avec humour la maladie en utilisant les mots barjos, fêlés ou dingues. Certains arboraient des entonnoirs sur la tête. «Ils jouent avec leur propre image au lieu de se cacher», s'est réjoui Michel Pluss, directeur général de la Fondation Trajets.

Il est à l'origine de cette manifestation avec la Coordination romande des associations d'action pour la santé psychique (Coraasp). Le défilé teinté de rouge ponctuait la Journée mondiale de la santé mentale. M.Pluss était très content de l'accueil favorable et bienveillant de la population envers les manifestants.

«Comme tout le monde»

Parmi ceux-ci, Carole, une Genevoise qui réside au village d'Aigues-Vertes, une institution accueillant des personnes en situation de handicap. «On est comme tout le monde avec nos petits et nos grands soucis», a-t-elle déclaré. Adéi, un autre participant, voulait donner de la visibilité aux troubles de la personnalité.

La Mad Pride se déroule dans le même esprit que les Gay Prides dans l'idée d'investir la cité pour apporter un message sur la santé mentale, la diversité et la citoyenneté selon la Coraasp. Il est temps de pouvoir parler de santé mentale comme on parle de santé physique, de pouvoir dire qu'on souffre de dépression ou de schizophrénie comme on dit qu'on souffre d'un cancer ou d'une maladie cardiaque, soulignent les organisateurs.

Tous concernés

Selon l'Observatoire suisse de la santé, les maladies psychiques figurent parmi les affections les plus fréquentes et les plus handicapantes. «La maladie psychique peut tous nous concerner à un moment ou à un autre de notre vie», a souligné M.Pluss.

Le mouvement de la Mad Pride est né à Toronto en 1993 en réponse aux préjugés envers les personnes ayant des antécédents psychiatriques. L'idée de base était de détourner les stéréotypes et images négatives liés à la maladie mentale pour en faire quelque chose de positif. Le mouvement a ensuite essaimé dans de nombreux pays. (ats/nxp)

Créé: 10.10.2019, 18h58

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.