Mardi 21 janvier 2020 | Dernière mise à jour 14:37

TV France 2 interviewe le djihadiste genevois emprisonné en Syrie

Pour annoncer son émission du 16 janvier, «Envoyé spécial» diffuse les images de Daniel D. dans sa cellule kurde.

La bande-annonce d'«Envoyé spécial» avec l'interview du jeune genevois.


Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Plusieurs Romands sont partis rejoindre l'État islamique et sont aujourd'hui prisonniers des Forces démocratiques syriennes, dominées par les Kurdes. Parmi eux, Daniel D. un double national suisse et espagnol qui a grandi dans le quartier du Lignon, à Genève. Il avait été interviewé une première fois en septembre dernier par un journaliste local et son entretien avait été diffusé dans l'émission «10 vor 10» sur la télévision alémanique, comme le rapportait la RTS.

«Le plus dangereux de Suisse»

Surnommé «le djihadiste le plus dangereux de Suisse» suite à divers rapports de services de renseignements, qui disaient qu'il avait été formé pour venir commettre des attentats en Europe, l'homme avait à l'époque réfuté ces allégations, racontant n'avoir reçu qu'une formation de sniper et n'avoir mené des actions militaires que contre les forces armées du régime de Bachar el-Assad.

En décembre, dans un autre article publié par «24 heures», des images de Daniel D. amaigri étaient publiées et, interviewé par un journaliste turco-kude résidant à Genève, il avait répété n'avoir jamais rien fait de mal. Il avait même expliqué avoir lui-même été emprisonné et torturé par l'État islamique.

Pas de regrets

Daniel D. réapparaît aujourd'hui à l'occasion d'un reportage mené par une équipe d'«Envoyé spécial» dans la prison syrienne dans laquelle il est détenu. Dans la bande-annonce diffusée par France 2 pour annoncer la diffusion de ce film jeudi 16 janvier à «21 h 05» et intitulé «Syrie: des prisonniers encombrants», c'est lui qu'on voit et qu'on entend. Les journalistes s'enquérant auprès des gardiens de la présence de prisonniers francophones, c'est le Genevois qui est appelé à la porte de la cellule. Il précise d'emblée qu'il est Suisse, qu'il veut rentrer chez lui, reprendre une vie normale mais dit ne rien regretter et affirme n'avoir jamais été un soldat de l'EI.

Michel Pralong

Créé: 14.01.2020, 18h20

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.