Mercredi 22 mai 2019 | Dernière mise à jour 08:48

Berne Franchise à 500 francs: la droite veut faire marche arrière

La droite veut faire retirer sa propre proposition de faire passer la franchise de base à 500 francs. Prudemment, elle estime qu'il vaut mieux s'en tenir aux 350 francs déjà acquis...

Dans la salle des Pas Perdus, les parlementaires sont sceptiques. Voter le passage de la franchise à 500 francs dans une année électorale n'est pas sans risque sur la mauvaise humeur des citoyens à leur égard.

Dans la salle des Pas Perdus, les parlementaires sont sceptiques. Voter le passage de la franchise à 500 francs dans une année électorale n'est pas sans risque sur la mauvaise humeur des citoyens à leur égard. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C'est une motion très attendue qui doit être votée jeudi au Conseil national. La majorité de droite de la Commission de la sécurité sociale et de la santé publique (CSSS) propose de faire passer la franchise de base de 300 francs à 500 francs. Mais, après l'acceptation par les deux Chambres d'une augmentation progressive de la franchise de 50 francs, certains estiment qu'il ne faut pas charger le bateau. Les élections approchent.

«Le plus rapidement possible...»

Que ce soit de 50 francs ou de 150 francs, l'argumentation de la droite est la même: responsabiliser les patients. Datant de l'année dernière, la majorité de la CSSS estimait qu'il fallait aller vite: «Il y a lieu de relever la franchise ordinaire à 500 francs et ce le plus rapidement possible, expliquait la commission. Les malades adultes seraient ainsi davantage sollicités, mais de manière raisonnable eu égard à l'évolution des coûts; en contrepartie, le volume total des primes diminuerait d'au moins 430 millions de francs, soit 1,7 pour cent».

Des hausses impopulaires

A Berne, le «plus rapidement possible» n'est soudain plus urgent. Certains à droite ont compris que l'augmentation des franchises, qui fait porter sur les seuls citoyens l'effort de réduire les coûts de la santé, n'est guère populaire et qu'un référendum pourrait bien sanctionner cette politique de surenchère. «Nous ne pouvons pas nous concentrer sur plusieurs augmentations de franchises en même temps, reconnaît Philippe Nantermod (PLR/VS). Contentons-nous pour l'instant du mécanisme des 50 francs en fonction de la hausse des coûts de la santé».

«Une motion d'ordre»

Ainsi il se mijote une motion d'ordre de la CSSS pour que le Conseil national reporte sa proposition à des temps moins sensibles. Son rapporteur, Raymond Clottu (Ind./NE) devrait défendre cette proposition de renvoi jeudi matin: «Ce n'est pas encore tout à fait décidé, hésite-t-il, mais on a eu des débats en ce sens. Malgré tout, nous continuons de penser que l'augmentation des franchises aura un effet stabilisateur sur la consommation des soins et donc des coûts de la santé».

Que la droite assume sa politique

A gauche, d'aucuns y voient un revirement opportuniste en cette année électorale. L'UDC et le PLR se rendent compte qu'ils vont trop loin vis-à-vis de leur propre électorat... La gauche et une partie du centre pourrait essayer de contrer la motion d'ordre afin que la droite assume sa politique qui harcèle le budget des ménages... Au PDC, il semblerait que les opinions sont partagées sur la stratégie à suivre.

A vérifier jeudi.

(Le Matin)

Créé: 13.03.2019, 13h43

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.