Mardi 19 février 2019 | Dernière mise à jour 01:03

Votations 10 février Fusion des hôpitaux publics dans les urnes à Bâle

Les deux cantons de Bâle-Ville et Bâle-Campagne doivent voter le 10 février sur la fusion de leurs établissements hospitaliers. Le projet fait l'objet de frondes à droite comme à gauche.

Aucun établissement concerné par la fusion ne sera fermé, mais il y aura une nouvelle répartition des tâches entre les quatre hôpitaux de Bâle, Liestal, Bottmingen (BL) et Laufon (BL).

Aucun établissement concerné par la fusion ne sera fermé, mais il y aura une nouvelle répartition des tâches entre les quatre hôpitaux de Bâle, Liestal, Bottmingen (BL) et Laufon (BL). Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les citoyens de Bâle-Ville et Bâle-Campagne se prononcent le 10 février sur la fusion des établissements hospitaliers des deux cantons. Pour être réalisé, le projet doit être accepté par les deux cantons. Ce serait une première en Suisse.

Les citoyens doivent se prononcer sur deux accords intercantonaux entre Bâle-Ville et Bâle-Campagne. Le premier, qui n'est pas contesté, prévoit une intensification de la collaboration hospitalière entre les deux cantons. Le deuxième, qui fait l'objet de nombreuses oppositions, propose de fusionner les hôpitaux publics des deux cantons pour former «l'Hôpital universitaire du Nord-Ouest SA».

Pour les chefs des départements de la santé des deux cantons, la fusion est une fuite en avant. C'est selon eux la seule façon de faire face à la hausse constante et rapide des coûts hospitaliers.

Pas de fermeture

Aucun établissement concerné par la fusion ne sera fermé, mais il y aura une nouvelle répartition des tâches entre les quatre hôpitaux de Bâle, Liestal, Bottmingen (BL) et Laufon (BL). L'hôpital du Bruderholz à Binningen (BL) sera transformé en centre orthopédique ambulatoire et 150 des 300 lits actuels seront supprimés. Les établissements publics de Bâle-Campagne sont actuellement regroupés au sein de l'Hôpital cantonal de Bâle-Campagne (KSBL).

Selon le projet élaboré par les deux départements de la santé, la fusion permettra de réaliser des économies de l'ordre de 70 millions de francs par année. Sur les 5500 emplois (6100 employés) à l'Hôpital universitaire de Bâle-Ville (USB) et 2800 (3500 employés) du KSBL, 400 seront supprimés d'ici 2026. Les syndicats craignent 600 suppressions d'emplois.

Réseau hospitalier

A Bâle-Campagne, les Vert'libéraux et le PLR s'opposent à la fusion. Le PLR souhaiterait plutôt la création d'un réseau hospitalier avec des établissements publics et privés. Les Vert'libéraux veulent un changement de structure complet avec une réduction du nombre de sites. Le PS et les Verts recommandent de voter oui.

A Bâle-Ville, les partis bourgeois, dont le PLR, disent oui à la fusion, de même que les Verts. Le PS et Basta! sont par contre sceptiques et trouvent la fusion inutile. Ils critiquent notamment le fait que Bâle-Campagne dispose d'un droit de blocage bien que les deux tiers du capital du futur l'Hôpital universitaire du Nord-Ouest soient contrôlés par Bâle-Ville.

Médecine de pointe

La fusion est particulièrement importante pour l'USB. Son territoire étant restreint, le nombre de patients pour la médecine de pointe est limité. Actuellement, il est de loin le plus petit des cinq hôpitaux universitaires suisses. Avec la fusion, il deviendrait le numéro un en Suisse alémanique. Les partisans de la fusion soulignent que le projet permettra de maintenir à Bâle la médecine de pointe et la recherche médicale.

En plus des deux accords intercantonaux, les citoyens de Bâle-Campagne doivent aussi se prononcer sur une modification de la loi sur les hôpitaux. Cette révision ne peut entrer en vigueur que si l'accord intercantonal sur la fusion est accepté dans les deux cantons. (ats/nxp)

Créé: 22.01.2019, 10h01

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.