Samedi 23 septembre 2017 | Dernière mise à jour 21:06

Suisse Genève peine à contrôler ses abattoirs

Le canton de Genève dispose de quatre abattoirs. Mais il n'a pas suffisamment de vétérinaires pour les contrôler.

Genève ne dispose plus de grands abattoirs depuis 1990.

Genève ne dispose plus de grands abattoirs depuis 1990. Image: Illustration/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Genève n'a pas assez de vétérinaires pour contrôler l'activité des quatre abattoirs du canton. Ce manque est mis en évidence par un rapport de la Cour des comptes qui s'est penchée sur le fonctionnement du Service de la consommation et des affaires vétérinaires (SCAV).

«Nous sommes un petit peu inquiets, car le nombre de vétérinaires qui peuvent aller dans les abattoirs est insuffisant, notamment par rapport aux exigences fédérales», a indiqué vendredi devant la presse Marco Ziegler, magistrat suppléant à la Cour des comptes. Un vétérinaire doit être présent lors de chaque abattage.

Durant les contrôles, la loi prévoit de surveiller l'intégralité des animaux abattus. Cette exigence n'est pas respectée, notamment pour les volailles: le SCAV pratique actuellement par échantillonnage pour les lots de plus de 1000 volailles.

Nouveau collaborateur

Pour améliorer la situation, la Cour des comptes recommande au SCAV d'engager des collaborateurs supplémentaires. D'autant plus que l'élevage de volailles est en expansion dans le canton. Cette demande a déjà été entendue. Le chimiste cantonal, Patrick Edder, a annoncé vendredi l'engagement imminent d'un vétérinaire.

Cette charge supplémentaire sera couverte par des ressources internes. Le SCAV devrait aussi bénéficier de nouvelles recettes en gérant mieux la facturation des émoluments. En 2015, le SCAV avait généré des revenus de 1,6 million de francs pour un total de charges s'élevant à 9,1 millions.

Pas de risque

Les deux vétérinaires qui travaillent à flux tendus ont procédé en 2015 à 370 contrôles d'abattage ayant permis d'inspecter plus d'un million de volailles, 1728 ovins, 874 porcins, 324 caprins, 422 bovins et 14 lapins. A noter que Genève ne dispose plus de grands abattoirs depuis 1990, année de la fermeture du site de la Praille.

L'audit de la Cour des comptes, qui a passé au crible certaines activités du SCAV, ne révèle aucun risque de santé publique. Les magistrats ont toutefois émis seize recommandations. Ces pistes d'amélioration ont toutes été acceptées par le SCAV. (ats/nxp)

Créé: 04.11.2016, 14h02


Sondage

Faut-il subventionner les éleveurs qui laissent pousser les cornes aux vaches?




Publicité

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.