Jeudi 2 avril 2020 | Dernière mise à jour 00:54

SSR Gilles Marchand: «Nous nous adapterons»

Le directeur de la RTS a mené la traditionnelle conférence de presse sur l'année écoulée. Il a évoqué le mandat de la SSR.

Gilles Marchand menait cette conférence de presse pour la dernière fois en tant que patron de la RTS.

Gilles Marchand menait cette conférence de presse pour la dernière fois en tant que patron de la RTS. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le très vif débat politique sur la SSR ne doit pas occulter la qualité des programmes et l'intérêt du public, a plaidé jeudi Gilles Marchand. «On peut être fier de ce que l'on propose,» a affirmé à Lausanne le directeur de la RTS.

«Il ne faut pas perdre de vue les programmes» dans le contexte politique actuel agité, a souligné Gilles Marchand qui menait, pour la dernière fois en tant que patron de la RTS, la traditionnelle conférence de presse sur l'année écoulée et les émissions à venir.

Succession bientôt connue

Appelé à remplacer Roger de Weck à la tête de la Société suisse de radiodiffusion et télévision (SSR) dès octobre, Gilles Marchand a indiqué que la recherche pour sa propre succession était toujours en cours. La désignation sera annoncée «courant avril», a-t-il précisé.

Questionné sur les luttes politiques concernant l'avenir de la SSR, le directeur a jugé qu'il s'agissait d'une situation «schizophrénique». Certains veulent en découdre, alors que les résultats obtenus par la RTS sont «bons» l'année dernière et que le public dit sa satisfaction et demeure fidèle.

Intérêt du public

Si le mandat de la SSR change, «nous sommes des professionnels et nous nous adapterons». Mais la mission de la direction est d'expliquer inlassablement «l'intérêt du public d'avoir des programmes de qualité», a lancé Gilles Marchand.

La commission des télécommunications du Conseil national vient par exemple d'approuver une motion visant à serrer la bride à la SSR. «Option Musique» pourrait ainsi disparaître. Ce serait «une catastrophe», a réagi Gilles Marchand. Cette chaîne a «toute sa place dans le paysage médiatique».

Un boulevard pour Nostalgie

«Ce ne serait pas anodin pour le public» et tous les acteurs locaux (musiciens, etc) «seraient privés d'une scène importante». La fin d'Option Musique se traduirait en outre «par un développement massif de (la chaîne française) Radio Nostalgie» en Suisse romande, a jugé le directeur de la RTS.

Le grand débat sur la SSR est agendé au Conseil national le 14 mars. Les députés pourront alors exprimer leurs positions face au rapport du Conseil fédéral sur le service public.

Bons résultats

Face à ces critiques et remises en question attendues, Gilles Marchand a pu présenter un bilan global solide et de «bons résultats 2016». Les deux chaînes de TV ont atteint 34% de parts de marché (pdm) contre 33% en 2015. Les chaînes de radio ont totalisé quant à elles 55,9% de pdm l'an dernier contre 56,7% en 2015.

La TV, que l'on dit en général en perte de vitesse, est toujours regardée en moyenne sur petit écran 144 minutes par jour. Elle bénéficie de l'effet «rattrapage» (regarder des émissions après diffusion), une pratique qui se généralise, grimpant de 9,1% en 2014 à 13,2% l'an dernier.

Contact avec les jeunes

L'attrait de la RTS se maintient en particulier via le développement des consultations en ligne et en mobilité. Le site et ses applications mobiles ont enregistré près de 380'000 visites quotidiennes. Via les réseaux sociaux, la RTS réussit à élargir son audience à un public plus jeune, s'est félicité Gilles Marchand.

En une année, la RTS est ainsi passée de 990'000 à 1,6 million d'abonnements sur les réseaux. Le nombre de vue sur ces plateformes a explosé, passant de 1,8 million en 2015 à 6,3 millions l'an dernier.

Pour tous les goûts

Parmi les points forts 2017 mentionnés devant la presse, à noter que «Nouvo» devient national avec une production de vidéos pour les réseaux sociaux en cinq langues. Après s'être fait un nom en France, l'animatrice Maitena Biraben revient à la RTS pour présenter, cet été, une émission consacrée à des personnalités. «Dîner à la ferme» ira au Canada à la rencontre de sept agriculteurs romands émigrés.

(ats/nxp)

Créé: 02.03.2017, 13h15

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.