Vendredi 14 décembre 2018 | Dernière mise à jour 17:25

Révision Le Grand Conseil vaudois durcit la loi sur les chiens

Le gouvernement pourra élargir la liste des chiens potentiellement dangereux au besoin. Les promeneurs professionnels ne pourront sortir plus de deux canidés à la fois et les chiens devront être tenus en laisse courte dans les lieux publics.

Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La loi, sur les chiens, mise en vigueur de 2008 a porté ses fruits: les morsures ont diminué, a relevé la conseillère d'Etat Jacqueline de Quattro. La révision qui a suscité de nombreuses réactions vise à réduire encore les coups de dents qui peuvent être évités facilement, dans les situations de promiscuité.

Projet équilibré

Les partis ont salué à quelques nuances près le projet, «équilibré entre amour des animaux et protection du public» et ont suivi les propositions de la commission. Ainsi les canidés devront être tenus en laisse courte dans les bâtiments publics, les transports publics, les aires de jeu, les cours d'école et lors de manifestations.

Ceux qui font partie des trois races potentiellement dangereuses (amstaff, pitbull terrier, rottweiler) seront tenus de porter une muselière. L'applique dentaire est envisagée comme une précaution supplémentaire et non comme une alternative.

Liste plus large

Les députés ont également accepté que le Conseil d'Etat puisse élargir la liste de chiens potentiellement dangereux si nécessaire. En cas de nouvelle mode, on veut pouvoir introduire une quatrième ou une cinquième race, a expliqué la cheffe du Département de la sécurité et de l'environnement.

Lors des débats, le plénum a en revanche refusé un amendement de l«UDC Philippe Jobin qui souhaitait supprimer la liste de chiens potentiellement dangereux. Selon lui, le nombre de morsures des trois races concernées n«a pas diminué depuis 2008, date d«entrée en vigueur de la loi.

En 2008, seize morsures sur humain ont été recensées pour les chiens de la liste, en 2012, trois, a rétorqué Jacqueline de Quattro. Il serait dommage de supprimer le régime d'autorisation pour les races de chiens, qui est la «colonne vertébrale de la loi».

En revanche, la conseillère d'Etat a promis un régime d'assouplissement concernant le nombre d'heures de cours à suivre pour ces propriétaires; 72 heures c'est beaucoup, a-t-elle concédé.

Deux chiens deux mains

Le Parlement a plébiscité le fait que des promeneurs «professionnels» ne puissent sortir davantage que deux canidés à la fois, plutôt que les quatre proposés par le Conseil d'Etat. «Deux mains, deux chiens, même petits», a relevé le PLR Jean-Marie Surer, rappelant le «dramatique incident du chien Baxxter». L'animal avait mordu un bébé alors qu'il était emmené par une promeneuse dépassée en compagnie de trois autres chiens.

Enfin le Grand Conseil a accepté de supprimer la commission de la police des chiens. Cette instance faisait doublon. (ats/nxp)

Créé: 19.11.2013, 19h23

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.