Mercredi 17 juillet 2019 | Dernière mise à jour 10:25

Canton de Berne La grève du 14 juin se prépare à Bienne

Plus de 350 femmes sont rassemblées à Bienne pour préparer la future grève féminine qui aura lieu le 14 juin dans toute la Suisse.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Plus de 500 femmes de toute la Suisse ont lancé dimanche à Bienne (BE) un appel formel à la grève le 14 juin. Elles réclament plus de temps, plus d'argent et du respect. Elles veulent aussi l'abandon des taxes pour les produits d'hygiène féminine.

«Grève et mobilisation, c'est ça la solution»

Habillées de violet, les femmes des différents collectifs de Suisse ont montré leur détermination à la Maison du Peuple de Bienne. Elles ont lu un appel à la grève en 17 points, chacune dans sa langue, soit en français, en italien, en allemand ou dans une langue étrangère.

Après chaque paragraphe, les 500 femmes ont applaudi, tapé des pieds et fait le signe de la vulve, symbole féministe. A la fin de l'appel, les participantes ont scandé des slogans en trois langues mais surtout en français. «Grève, grève, grève féministe», «Grève et mobilisation, c'est ça la solution» ou «Sol, solidarité avec les femmes du monde entier» ont été criés par la foule.

Dans leur appel à la grève, les femmes demandent notamment «une réduction générale du temps de travail pour mieux partager travail rémunéré et non rémunéré et parce que le modèle économique actuel déprécie les personnes et dégrade les ressources naturelles de notre planète».

«On confie aux femmes le travail domestique, éducatif et de soins à la maison sans lequel la société et l'économie ne fonctionneraient pas. Nous nous occupons et préoccupons des enfants et des parents âgés. Nous manquons d'argent et de temps», ont-elles fait savoir. Pour symboliser ce travail invisible, des cordes à linge, où séchaient des habits, avaient été installées à la Maison du Peuple.

Gratuité de la contraception exigée

Les femmes veulent également que des salaires égaux soient versés pour un travail de valeur égale. Elles demandent des assurances sociales qui garantissent des rentes dignes et des congés parentaux ou pour enfants ou proches malades. Les participantes aux assises réclament aussi la gratuité de l'avortement, de la contraception et des traitements de transition basés sur l'autodétermination. Enfin, elles veulent la suppression des «taxes roses» sur les produits d'hygiène féminine. Le 14 juin, les femmes sont appelées à faire grève du travail rémunéré, du travail domestique, de l'école et de la consommation. «Afin que le travail des femmes soit visible et que nos revendications soient entendues.»

Le 22 septembre 2018, les femmes avaient déjà fait entendre leur voix. Quelque 20'000 personnes avaient manifesté à Berne en faveur de l'égalité salariale entre hommes et femmes et contre la discrimination. A cette occasion, les manifestantes ont relancé l'idée d'une grève des femmes, comme celle de 1991. (ats/nxp)

Créé: 10.03.2019, 09h26

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.