Jeudi 9 juillet 2020 | Dernière mise à jour 11:59

Suisse Guerre déclarée contre la maltraitance animale

Après le scandale des chevaux maltraités en Thurgovie, Berne va renforcer ses contrôles sur les exploitations à risque.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Tous les Suisses ont encore en mémoire les images de ces chevaux maigres, sales et malades découverts dans une exploitation en Thurgovie. Des animaux maltraités alors que les autorités savaient pertinemment qu'il y avait un problème avec l'éleveur. Mais cette affaire aura peut-être des suites positives. Car le système des contrôles de ce type d'exploitation devrait être révisé, souligne mardi le Tages-Anzeiger.

En effet, des propositions en ce sens vont être mises en consultation à Berne en janvier, selon le vice-directeur de l'Office fédéral de l'agriculture, Christian Hofer. A l'avenir, les fermes d'élevage ne seront plus systématiquement contrôlées comme aujourd'hui tous les 4 ans. Seules les exploitations à risque ou celles comportant des défauts connus seront dans le viseur. Ceci afin de décharger les contrôleurs et de les rendre plus efficaces.

Intervention à Berne

Ces propositions sont pour l'instant bien accueillies par les parlementaires. Ce d'autant plus que certains d'entre eux ont déjà déposé des interventions en ce sens lors de la session d'automne, à l'image de la conseillère nationale Martina Munz (PS/SH). Elle réclame moins de contrôles dans les fermes sans problème, mais que les cas problématiques soient identifiés plus rapidement et sanctionnés en cas de non-respect des règlements en matière de bien-être animal. En outre, demande-t-elle, les exploitations doivent être inspectées plus fréquemment durant l'hiver car c'est à ce moment-là qu'il y a le plus de problèmes dans les étables et les écuries.

Les conseillers nationaux Markus Ritter (PDC/SG) et Jacques Bourgeois (PLR/FR), deux éminents représentants du monde paysan, ont signé sa motion. Un texte qui a de bonnes chances de passer le cap du parlement, estime le Tagi, puisqu'il recueillerait une large majorité dans les autres partis, des Verts à l'UDC.

Les choses bougent donc à Berne. Pour la plus grande joie de Hansuli Huber, secrétaire général de la Protection suisse des animaux (PSA). Selon lui, les contrôleurs collectent aujourd'hui bien trop de données inutiles qui n'intéressent personne. Alors qu'il n'y a pas assez, selon lui, de contrôles inopinés - qui sont bien plus efficaces.

Créé: 03.10.2017, 16h21

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.