Mardi 22 octobre 2019 | Dernière mise à jour 23:29

Emprisonnement Le gymnasien biennois «en danger de mort» au Kenya

Le gymnasien d'origine jordanienne qui résidait à Bienne avant d'être inculpé en juin dernier au Kenya à cause de ses liens présumés avec des insurgés islamistes somaliens est en danger de mort, affirme son avocat.

Le jeune homme est détenu dans des conditions effroyables selon son avocat.

Le jeune homme est détenu dans des conditions effroyables selon son avocat. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«La Suisse est moralement et juridiquement responsable de cette situation», a déclaré jeudi Jacques Emery, le nouvel avocat engagé par les parents du jeune homme. La mère était présente à la conférence de presse organisée dans l'étude genevoise de l'avocat. Elle n'a néanmoins pas voulu s'exprimer, préférant préserver son anonymat.

L'Office fédéral de la police (fedpol) a prononcé en décembre dernier une interdiction d'entrée en Suisse de plusieurs années à l'encontre du jeune homme. Selon l'avocat, cette interdiction porte sur cinq ans. Etant donné l'état de santé déplorable de mon client, «c'est une condamnation à mort», a souligné Jacques Emery.

Visa expiré

Un recours contre cette décision est pendant devant le Tribunal administratif fédéral (TAF). L'avocat espère obtenir l'effet suspensif pour permettre le retour de son client en Suisse. Mais fedpol estime pour sa part que le gymnasien constitue un danger pour la sécurité intérieure de la Suisse.

Le jeune adulte a été inculpé par un tribunal de Nairobi pour son implication dans des activités criminelles organisées, en tant que membre des shebab, un groupe islamiste se réclamant d'Al-Qaïda. Mais selon son avocat, ces charges n'ont pas été retenues. Il a été simplement condamné à payer une amende pour violation des règles d'immigration car son visa était expiré.

Non expulsable

Les autorités suisses estiment que des indices clairs montrent que le Jordanien a séjourné dans des régions de Somalie où se trouvent des groupes jihadistes. Elles invoquent aussi des contacts qu'aurait entretenus le jeune homme en Suisse avec des éléments islamistes.

«Mon client bénéficie du statut de réfugié en Suisse, en aucun cas il ne peut être refoulé par l'Etat qui l'a accueilli», relève Jacques Emery. Il balaie les «prétendues menaces pour la sécurité intérieure et extérieure». En l'état, le Kenya aimerait l'expulser, mais l'interdiction d'entrée en Suisse le condamne à rester arbitrairement dans les geôles kenyanes, selon l'avocat.

Maladies mortelles

Depuis le mois d'octobre, il est incarcéré en isolement dans une prison de Nairobi où sont détenus des criminels dangereux. Il souffre de malaria, de typhoïde et d'affections dermatologiques liées à une mauvaise hygiène.

Ses proches, qui sont traumatisés par la situation, n'ont plus de nouvelles depuis trois à quatre mois. L'avocat qui n'a pas non plus de contact avec lui a sollicité différentes associations, dont Amnesty International, pour visiter son lieu de détention. Le jeune homme donnera sa version des faits une fois qu'il sera de retour en Suisse, a encore précisé l'avocat. (ats/nxp)

Créé: 07.02.2013, 18h16

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.