Vendredi 24 mai 2019 | Dernière mise à jour 20:52

Suisse Harcèlement sexuel: Berne devra livrer des chiffres

Le Conseil national a transmis au Conseil fédéral un postulat du socialiste valaisan Mathias Reynard qui veut une étude sur l'ampleur du phénomène.

La dernière étude réalisée en Suisse sur le harcèlement sexuel sur le lieu de travail date de 2007.

La dernière étude réalisée en Suisse sur le harcèlement sexuel sur le lieu de travail date de 2007. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Conseil national veut en savoir plus sur l'ampleur du phénomène du harcèlement sexuel au travail et dans la rue. Il a transmis mardi au Conseil fédéral, par 93 voix contre 68 et 11 abstentions, un postulat de Mathias Reynard (PS/VS) lui demandant de réaliser une étude.

La dernière étude réalisée en Suisse sur le harcèlement sexuel sur le lieu de travail date de 2007. Il n'existe en outre aucune étude sur la problématique du harcèlement de rue. Pour le Valaisan, il est temps de réaliser une nouvelle publication.

En France, une femme sur trois

En France, une étude réalisée en 2018 montre que plus d'une Française sur trois a été victime de harcèlement sexuel sur son lieu de travail au cours de sa carrière, a expliqué Mathias Reynard. Au Canada, une étude semblable a été réalisée en 2017 et arrive au même constat: environ un tiers des femmes ont subi un cas de harcèlement sexuel au travail, 21% ont été confrontées directement à une situation de violence.

Selon une étude de 2016, à Lausanne, 71% des femmes interrogées ont affirmé avoir été harcelées au moins une fois dans la rue. Il est nécessaire d'avoir des données actualisées, a déclaré le socialiste. C'est en connaissant le phénomène et son ampleur que l'on pourra agir et lutter contre lui.

Il y a des améliorations à faire, a reconnu le conseiller fédéral Alain Berset. Il faut aussi rappeler que ces comportements sont réprimés par la loi, a-t-il relevé en apportant son soutien au postulat. Cet alarmisme risque de mettre à mal les relations normales entre les hommes et les femmes, a souligné Verena Herzog (UDC/TG). Et à trop victimiser les femmes, ce sont les vraies victimes qui seront lésées et oubliées, a-t-elle plaidé en vain. (ats/nxp)

Créé: 19.03.2019, 12h09

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.