Dimanche 12 juillet 2020 | Dernière mise à jour 10:31

Suisse Affaibli un peu plus par la crise, l'hebdo «Micro» disparaît

La dernière parution de «Micro», lancé il y a un an, aura lieu samedi. L'hebdomadaire n'aura pas résisté à la crise liée à la pandémie.

Passé déjà de trois numéros par semaine à un seul, voici quelques mois, «Micro» n'a, par la suite, pas résisté à la crise du coronavirus.

Passé déjà de trois numéros par semaine à un seul, voici quelques mois, «Micro» n'a, par la suite, pas résisté à la crise du coronavirus. Image: Capture écran RTS

Le groupe de presse néo-zélandais Stuff vendu pour un dollar

Le groupe de presse néo-zélandais Stuff Limited, en grandes difficultés financières, une situation aggravée par le coronavirus, a été revendu pour un dollar symbolique à sa directrice générale, a annoncé lundi son propriétaire australien, le groupe Nine Entertainment. L'entreprise contrôle le site internet d'information le plus populaire de l'archipel, stuff.co.nz, ou encore des titres comme le Dominion Post de Wellington, ou la Christchurch Press.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«La pandémie de Covid-19 a fortement impacté les clients principaux du titre: les cafés-restaurants, les cabinets médicaux, les salons de coiffure et les cafétérias. Dans ces conditions, il nous est impossible de reprendre sereinement la parution», explique l'hebdomadaire dans un communiqué diffusé dans la nuit de dimanche à lundi. Sa publication papier est suspendue depuis le 17 mars, après les mesures de confinement édictées par le Conseil fédéral.

Pensé comme un journal à partager pour des raisons écologiques, son passage de main en main est en outre devenu «très compliqué» dans le contexte sanitaire actuel, ajoute l'association Micro, qui doit se résoudre à cesser la diffusion de l'hebdomadaire. Elle remboursera tous les abonnements souscrits en 2020 et fera deux dons de 10'000 francs chacun au journal satirique Vigousse et au média en ligne La Torche 2.0.

Financement de la presse à repenser

Déplorant la disparition de Micro, Syndicom souligne que «l'aide à la presse ne peut plus attendre». Celle-ci devrait soutenir particulièrement les petites et moyennes entreprises de médias, souvent fragiles économiquement à leurs débuts, estime le syndicat. Impressum invite pour sa part «instamment» les autorités cantonales à activer les aides urgentes aux médias, «avant que le paysage de la presse écrite vaudoise ne s'écroule définitivement». Pour cette organisation, c'est désormais tout le modèle de financement de la presse qui doit être repensé afin de garantir des revenus à un secteur très affaibli par la crise.

Dans une prise de position transmise à Keystone-ATS, l'Association des médias privés romands Médias Suisses exprime également sa tristesse. Elle considère que le magazine fait les frais des recommandations sanitaires contre le coronavirus. Les éditeurs romands sont d'ailleurs intervenus à Berne, appelant les autorités fédérales à reconsidérer leur décision sous l'angle de la proportionnalité.

Médias Suisses, qui est en attente d'une réponse, affirme que le papier journal n'est pas un vecteur reconnu de transmission du Covid-19 et qu'une «simple désinfection des mains avant la lecture d'une publication suffirait à répondre aux impératifs de santé publique».

Financement participatif

Lancé en mai 2019 au rythme de trois éditions par semaine, Micro a réduit la voilure en début d'année pour devenir hebdomadaire. Le financement participatif de l'association Micro de 127'425 francs a permis d'assurer l'impression et la livraison du journal depuis le début.

Faisant le pari de vivre uniquement grâce à ses abonnés, Micro voulait s'extraire de la «course effrénée» à l'actualité et raconter le quotidien des Romands. Il compte plus de 1000 abonnés, un nombre insuffisant pour garantir l'avenir du titre.

Le 6 mai dernier, l'hebdomadaire local vaudois Le Régional, qui connaissait des difficultés financières, a annoncé la cessation immédiate de sa parution, faute de liquidités, après plus de 25 ans d'existence. Le journal basé à Vevey devait déposer son bilan le 12 mai. Ses 13 collaborateurs et cinq commerciaux ont perdu leur emploi. (ats/nxp)

Créé: 25.05.2020, 03h05

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.