Mercredi 1 avril 2020 | Dernière mise à jour 07:16

Agression L'homme presque égorgé à Bienne veut «aller de l'avant»

Une longue et fine cicatrice au cou témoigne de la sauvagerie dont a été victime le sympathique septuagénaire. Il témoigne.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'homme poignardé à Bienne le 27 novembre dernier voulait acheter deux litres de lait à la Migros de la place de la Croix. Il a alors perdu trois litres et demi de sang. «Je n'ai rien vu venir, lorsque la lame m'a coupé au cou en remontant vers une oreille», témoigne ce rescapé d'une agression aussi sauvage que rapide. Et inexpliquée.

Sans rien comprendre à ce qui lui arrivait, ce septuagénaire s'est retrouvé baignant dans une mare de sang: «C'était rouge partout. Je n'ai pas perdu connaissance», raconte-t-il six semaines plus tard, sur le chemin de l'institution où il dispose d'un appartement protégé.

Entré par la porte arrière de la Migros, le rescapé, qui est en situation de handicap, n'avait rien à se reprocher lorsqu'un Albanais de 53 ans lui est tombé dessus par derrière. «Je n'avais jamais vu mon agresseur auparavant, jamais!», précise-t-il.

«Je ne veux pas y penser»

En veut-il à son agresseur, arrêté le jour même? «Non, je ne suis fâché contre personne. Je ne veux pas y penser. Ce qui m'importe, c'est oublier et aller de l'avant», dit-il en reprenant sa marche.

La victime est un homme jovial, robuste et plein d'entrain, amateur de trains électriques. Quand il ne promène pas les chiens qui lui sont confiés, il se balade d'un pas alerte.

Au sujet de son agresseur, il est visiblement davantage question de démence que de radicalisation. Confirmation de la police bernoise: «Aucun indice ne laisse présupposer un acte d'origine extrémiste», rapporte la porte-parole Letizia Paladino.

Des «démons»

Après une agression à l'arme blanche qui a nécessité l'évacuation de la victime par hélicoptère à l'Hôpital de l'Ile à Berne, l'agresseur qui aurait vu des «démons» a été chassé par des clients du restaurant Migros, lesquels ont lancé des chaises sur lui. Après s'être déplacé à vélo, l'Albanais armé de son couteau s'était montré très menaçant envers des adolescents chez Manor, à 750 mètres de la Migros de la place de la Croix.

Plaqué au sol au milieu de la section papeterie par le service de sécurité du magasin, il a finalement été placé en détention préventive le 27 novembre dernier. Il n'en est pas ressorti.

Vincent Donzé

Créé: 14.01.2020, 19h50

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.