Dimanche 12 juillet 2020 | Dernière mise à jour 00:30

Suisse D’ici 10 ans, l’armée suisse pourrait manquer de soldats

Thomas Süssli, le chef de l’armée suisse, estime qu’il faut une discussion sur les capacités de l’armée.

Thomas Suessli est à la tête de l'armée suisse depuis le 1er janvier 2020 (archives).

Thomas Suessli est à la tête de l'armée suisse depuis le 1er janvier 2020 (archives). Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le chef de l'armée suisse, Thomas Süssli, met en garde samedi dans le «Blick» contre problème de ressource en hommes de la troupe. «D'ici à la fin de la décennie, il manquera environ un quart de soldats».

«Nous perdons chaque année quelques milliers de jeunes, qui devraient en fait être en service», déclare-t-il dans l'entretien. Selon lui, il faut une discussion sur les capacités de l'armée. «Si la Suisse veut la même armée qu'aujourd'hui, les forces armées auront besoin de plus de personnel» dans le futur.

Beaucoup de jeunes décident avant l'école de recrue (ER) de faire le service civil, explique le commandant de corps de 53 ans. «D'autres veulent aller à l'ER, mais ne sont pas autorisés à le faire pour des raisons médicales. Ensuite, des jeunes sortant de l'ER passent au service civil, souvent parce que cela est compatible avec leur profession». Pour lui, l'armée doit s'orienter vers les nouvelles menaces. «Je veux une armée moderne, surtout en matière de culture et de numérisation». (ats/nxp)

Créé: 06.06.2020, 07h01

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.