Mercredi 11 décembre 2019 | Dernière mise à jour 14:43

Turquie Ignazio Cassis évoque la Syrie et Chypre

Le conseiller fédéral Ignazio Cassis a terminé son voyage en Europe de l'Est, vendredi.

Ignazio Cassis s'est dit inquiet, vendredi, de la détérioration de la situation humanitaire dans la province syrienne d'Idlib.

Ignazio Cassis s'est dit inquiet, vendredi, de la détérioration de la situation humanitaire dans la province syrienne d'Idlib. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Pour conclure son voyage en Europe du sud-est et en Méditerranée orientale, Ignazio Cassis a visité la Turquie. Lors d'une rencontre avec son homologue Mevlüt Cavusoglu à Ankara, il a abordé la question de Chypre, les droits de l'homme et la situation en Syrie.

«Les relations avec la Turquie sont solides», a déclaré le conseiller fédéral dans la capitale turque, selon un communiqué diffusé vendredi par le Département des affaires étrangères (DFAE). Pour cette raison, il n'a pas seulement offert les bons services de la Suisse et discuté du renforcement des relations bilatérales, mais a aussi pu thématiser des points critiques.

«Nous avons eu une discussion ouverte sur le respect des libertés fondamentales - en particulier sur celle d'expression et de rassemblement ainsi que sur la liberté de presse», a déclaré le ministre après son entrevue avec Mevlüt Cavusoglu.

Cassis s'inquiète

Ignazio Cassis s'est dit inquiet de la détérioration de la situation humanitaire dans la province syrienne d'Idlib, suite à une escalade militaire. Il a remercié Ankara pour ses efforts en Syrie et témoigné son respect pour les grands défis que représentent les quatre millions de réfugiés arrivés en Turquie.

Pour gérer la crise migratoire, la Suisse soutient différents projets sur place. La Direction du développement et de la coopération à elle seule a investi 7,4 millions de francs entre 2015 et 2019, selon le DFAE.

Bons services

La question chypriote a été l'un des thèmes centraux du voyage d'Ignazio Cassis: avec ses rencontres à Nicosie, Athènes et Ankara, il a pu se faire une image différenciée de la problématique, écrit le DFAE. La stabilité en Méditerranée est importante non seulement pour les pays concernés, mais pour toute l'Europe, estime-t-il.

La Suisse est prête à offrir ses bons offices pour contribuer au réglement de la situation à Chypre, par exemple à travers des tables rondes supplémentaires, si toutes les parties sont d'accord d'y retourner. C'est le message qu'il a délivré à Mevlüt Cavusoglu.

Au vu de sa situation géopolitique, de son rôle dans la région et de son poids économique, la Turquie est également importante pour la Suisse. Cassis et Cavusoglu s'étaient déjà entretenus en septembre 2018 à New York lors d'une rencontre de travail. Le chef du DFAE avait alors invité son homologue turc à une contrevisite. (ats/nxp)

Créé: 12.07.2019, 17h19

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.