Samedi 20 janvier 2018 | Dernière mise à jour 11:31

Succession de Didier Burkalter Ignazio Cassis, un parcours imprévisible

Le Tessinois a été désigné mardi comme unique candidat du PLR tessinois pour la course au Conseil fédéral. Retour sur une trajectoire marquée par l'imprévu.

Ignazio Cassis a été choisi comme seul candidat de la section tessinoise du PLR.

Ignazio Cassis a été choisi comme seul candidat de la section tessinoise du PLR. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Favori à la succession du conseiller fédéral Didier Burkhalter, Ignazio Cassis est venu à la politique sur le tard. En dix ans au Conseil national, le lobbyiste des assureurs maladie a glissé à droite, mais il continue de soutenir la légalisation du cannabis. Son parcours est marqué par l'imprévu.

D'aucuns planifient leur carrière avec précision et poursuivent leurs buts coûte que coûte. Ignazio Cassis n'est pas de ceux-là. «Dans ma vie, j'ai peu planifié», confirme à l'ats le Tessinois de 56 ans. Il ne comptait pas devenir médecin, pourtant il étudie la médecine. Pensant alors ouvrir son propre cabinet à Lugano, il décroche le poste de médecin cantonal.

Le destin s'en est aussi mêlé: enfant, Ignazio Cassis a perdu un auriculaire, ce qui l'a contraint à abandonner le piano pour la trompette, et le lancer du poids pour la course à pied.

Une carrière politique imprévue

Sa carrière politique, le natif de Sessa (au sud du canton) ne l'a pas prévue non plus. En 2003, alors que le PLR tessinois cherche à inscrire un médecin sur sa liste en vue des élections fédérales, il accepte et termine premier des «viennent ensuite». Puis, après l'élection de Laura Sadis au Conseil d'Etat en 2007, M. Cassis prend sa place au Conseil national, à l'âge de 46 ans.

«Je ne changerais rien», assure Ignazio Cassis à propos de son parcours. Sauf une chose: les enfants. Marié à Paola Rodoni Cassis, médecin à Lugano, il n'a pas eu de descendants. A Berne en semaine, il retrouve son épouse au Tessin le week-end.

«Krankencassis»

Depuis dix ans, le Tessinois siège donc dans les rangs du PLR au National. Il est président du groupe parlementaire libéral-radical depuis fin 2015. Dans son canton d'origine en revanche, l'homme n'a pas laissé d'empreinte politique; c'est un vrai parlementaire fédéral.

Dans la capitale, Ignazio Cassis s'est concentré sur la politique de la santé et des assurances sociales. Il est perçu comme le lobbyiste des caisses maladie, puisqu'il est à la tête de l'association des assureurs maladie Curafutura, de la faîtière des EMS Curaviva, de la fondation Equam active dans les soins ambulatoires, et de Radix, centre national pour le développement et la mise en œuvre de mesures de santé publique.

Un engagement qui lui vaut le surnom de «Krankencassis». Dans une interview accordée au Tages-Anzeiger et au Bund, il s'étonne des critiques formulées à propos de ses mandats, et rétorque en disant: «On pourrait penser que les assureurs maladie sont une organisation terroriste comme l'Etat islamique».

Le candidat au Conseil fédéral accueille néanmoins les critiques avec fair-play. «Tout dépend de la manière dont on dit les choses», souligne-t-il. Et d'évoquer le surnom dont il a hérité alors qu'il était un enfant binoclard: «Quattr'öcc» («Quatre yeux» en dialecte).

Cassis et cannabis

Politiquement, M. Cassis se situe au centre du PLR, comme l'illustre une évaluation du politologue Michael Hermann: libéral sur le plan économique et critique envers l'Etat. Au Conseil national, le député a progressivement glissé vers la droite parce qu'il a mieux compris certaines interdépendances, a-t-il expliqué dans une interview. Il oeuvre en faveur de solutions libérales et contre le paternalisme.

S'il était élu, le Conseil fédéral inclinerait davantage à droite. Toutefois, le Tessinois se décrit comme un libéral non seulement au niveau économique, mais aussi sociétal. Son engagement en faveur de la légalisation du cannabis le montre bien: cette problématique l'accompagne depuis la fin des années 1990.

Officiant dans la médecine préventive, le médecin cantonal Ignazio Cassis devient en 1997 membre de la Commission fédérale pour les questions liées aux drogues. A l'époque, de nombreuses villes tentent de lutter contre les scènes ouvertes de la drogue, qui illustrent l'échec d'une politique purement répressive.

Partisan de la légalisation du cannabis (possession et consommation), le conseiller national soutiendra par la suite l'initiative pour la dépénalisation, que le peuple rejettera à 63,2% dans les urnes en 2008.

Lui-même l'admet sans ambages: il a déjà fumé du cannabis. Mais dans une interview publiée sur le site Tagesanzeiger.ch/Newsnet, il dit avoir seulement essayé, et n'avoir pas remarqué de différence avec la cigarette. Son expérience avec la drogue s'arrête là.

Le premier depuis Cotti

Aujourd'hui, M. Cassis aimerait être le premier Tessinois au Conseil fédéral depuis le départ du PDC Flavio Cotti en 1999. Il parle couramment l'italien, l'allemand et le français. «Je suis toujours fasciné par la nouveauté. La curiosité est mon moteur, et je suis convaincu que les défis permettent de rester jeune», dit le candidat quant à ses motivations. L'opportunité se présente, il est curieux. Et s'il n'était pas élu? «Alors je prendrais un nouveau chemin». (ats/nxp)

Créé: 01.08.2017, 12h53

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.