Lundi 26 août 2019 | Dernière mise à jour 05:08

5G «Il faut reconnaître que des gens sont intolérants aux ondes»

Le conseiller national Frédéric Borloz propose de créer des zones sans rayonnement, comme des zones sans fumée, pour les gens qui souffrent des ondes. Le Conseil fédéral n'y croit pas.

Parmi les personnes qui s'intéressent à la 5G à Berne, le conseiller vaudois adopte une position moins dogmatique que ses collègues. Il estime qu'il faut tenir compte des personnes intolérantes aux ondes.

Parmi les personnes qui s'intéressent à la 5G à Berne, le conseiller vaudois adopte une position moins dogmatique que ses collègues. Il estime qu'il faut tenir compte des personnes intolérantes aux ondes. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il y a une année, à Berne, on ne parlait quasiment pas de la 5G. Il s'agissait d'une évolution technologique qui allait de soi. Avec la mise aux enchères des concessions par l'ex-conseillère fédérale Doris Leuthard, la question relevait des compétences professionnelles des opérateurs à qui on accordait la totale confiance. Aujourd'hui, le sujet est devenu politique et le Conseil fédéral est assailli de questions, en particulier sur les risques pour la santé.

Cause à effet

Le rapport sur la 5G, commandé à l'époque par Doris Leuthard, est attendu pour cet été. Cela n'empêche pas certains d'interpeller le Conseil fédéral. Parmi eux, le conseiller national Frédéric Borloz (PLR/VD) est convaincu qu'il y a un lien de cause à effet entre les ondes émises par la téléphonie mobile et la péjoration de la qualité de vie chez certaines personnes.

Dans les aéroports et les gares

Dans une interpellation, il demande au Conseil fédéral s'il ne serait pas judicieux de prévoir des zones-refuge dans l'espace public, des zones sans onde à l'exemple des zones non-fumeurs: «Cela permettrait aux gens intolérants de se déplacer dans l'espace public, car la fréquentation des ces lieux doit rester possible pour tout le monde. Ces endroits pourraient exister par exemple dans les aéroports et les gares où le rayonnement est dense.»

Le niet du Conseil fédéral

Le Conseil fédéral vient de lui faire part de sa réponse, dans laquelle il n'entre pas en matière: «Selon lui, le lien de cause à effet entre les ondes et les problèmes physiques que rencontrent les gens n'est pas établi». Pour l'instant, le Vaudois prend acte de cette réponse et attend comme tout le monde le fameux rapport commandé par Doris Leuthard, mais qui arrive pour lui un peu comme la grêle après les vendanges...

«Le lien doit être reconnu»

Pour Frédéric Borloz, les effets néfastes des ondes sur certaines personnes sont bien réelles. Il en a rencontrées, certaines qu'il a considérées comme «farfelues», mais d'autres tout à fait crédibles. «Les ondes sont la source d'un désagrément plus ou moins fort et ce lien doit être reconnu. Il y a des gens qui se sentent bien lorsqu'ils se protègent, et qui se sentent mal dès qu'ils sont exposés. On ne peut pas simplement les écarter d'un revers de main, il faut chercher une solution pour les intégrer.»

Pour la neutralité des experts

Si on lui fait remarquer que ce lien de cause à effet est justement ce que contestent les opérateurs, il a une réponse imparable: «A chacun ses intérêts... Les milieux de la cigarette ont toujours cherché à faire passer l'idée que fumer, ce n'était pas mauvais pour la santé...» Dans une seconde interpellation, il demande au Conseil fédéral de veiller ainsi à la neutralité des experts qui sont nommés sur ces questions: «Il est tout aussi important que le Conseil fédéral vérifie que les experts soient choisis en fonction de leurs compétences, bien sûr, mais aussi - et peut-être surtout - par rapport à l'indépendance qu'ils ont vis-à-vis des opérateurs et de l'industrie des télécommunications.»

«Je ne suis pas contre la 5G»

Avec ses réticences à célébrer l'arrivé de la 5G et sa méfiance envers la toute puissance des opérateurs, Frédéric Borloz tranche avec le silence de la droite sur ces questions à Berne: «Qu'on se comprenne bien, explique-t-il, je ne suis pas contre la 5G, qui amènera plus de confort et de rapidité pour les utilisateurs, mais elle provoquera une densité encore plus grande des ondes et des conséquences pour les gens intolérants.»

Créé: 06.06.2019, 15h23

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.