Jeudi 2 avril 2020 | Dernière mise à jour 00:54

Scandale de la viande de cheval Les importateurs suisses prennent des mesures «radicales»

Les importateurs suisses de viande de cheval se disent «choqués» par les images prises dans certains élevages montrant la maltraitance subie par les bêtes avant l'abattage. Leur association faîtière, l'AIVC, annonce «des mesures radicales».

Les importateurs suisses de viande de cheval se disent «choqués» par les images prises dans certains élevages montrant la maltraitance subie par les bêtes avant l'abattage.

Les importateurs suisses de viande de cheval se disent «choqués» par les images prises dans certains élevages montrant la maltraitance subie par les bêtes avant l'abattage. Image: ARCHIVES / PHOTO D'ILLUSTRATION/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Après les images rendues publiques par les médias la semaine dernière, les importateurs de viande de cheval se sont réunis et ont décidé de prendre des dispositions immédiates pour élaborer et garantir un standard qui respecte les animaux, de leur élevage à leur abattage, écrit leur association faîtière, l'AIVC, qui annonce «des mesures radicales».

Trois mesures ont été décidées, à commencer par la prise de rendez-vous avec la Société de protection des animaux (SPA) afin d'évaluer l'ampleur et le contenu de la diffusion des informations sur le traitement des chevaux. Le but de l'Association suisse des importateurs de viande de cheval (AIVC) est de travailler en étroite collaboration avec la SPA et l'Office vétérinaire fédéral (OVF).

Rendez-vous a ainsi également été pris avec l'OVF, précisent les importateurs. L'objectif est, là, de mettre au point un cahier des charges applicable à tous les importateurs. Certains d'entre eux en étaient déjà dotés, mais il s'agira de fixer clairement pour tous les intervenants les conditions d'élevage obligatoires pour obtenir le droit d'importer de la viande, écrit l'AIVC.

Contrôle des élevages

Troisième mesure de l'AIVC, la décision de confier à des intervenants et experts neutres et indépendants la responsabilité du contrôle des élevages fournisseurs de viande chevaline pour la Suisse. L'AIVC veut par là faire la chasse aux moutons noirs.

«Même si certains élevages de chevaux sont conformes, voire davantage, aux normes européennes et suisses en matière de traitement des animaux, il reste des éleveurs peu scrupuleux qui profitent de carences législatives dans leur pays pour maltraiter les chevaux destinés à la consommation», constate l'AIVC. Face à ces «intolérables disparités» de traitement des chevaux, la faîtière des importateurs souligne «vouloir prendre ces mesures sans délai». (ats/nxp)

Créé: 01.03.2013, 16h09

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.