Mardi 22 mai 2018 | Dernière mise à jour 21:00

Suisse Migration: les industriels contre l'initiative de l'UDC

Les partenaires du secteur de l'industrie sont opposés à l'initiative de l'UDC visant à remettre en cause la libre circulation des personnes avec l'UE.

Pour Unia et ses partenaires, l'initiative de l'UDC est 
«est une attaque frontale contre la place industrielle suisse».

Pour Unia et ses partenaires, l'initiative de l'UDC est «est une attaque frontale contre la place industrielle suisse». Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les partenaires sociaux de l'industrie suisse des machines, des équipements électriques et des métaux (industrie MEM) veulent combattre fermement l'initiative de l'UDC qui vise à résilier la libre circulation des personnes avec l'Union européenne (UE). Selon eux, elle causerait un énorme préjudice au marché suisse du travail.

Ce texte, lancé par l'UDC et l'Action pour une Suisse indépendante et neutre (ASIN), «est une attaque frontale contre la place industrielle suisse», écrivent mercredi Employés Suisse, Unia, Syna, la Société suisse des employés de commerce, l'Association suisse des cadres et Swissmem/ASM, dans un communiqué commun.

L'UE est de loin le principal débouché de la branche MEM, qui emploie plus de 320'000 personnes en Suisse. Elle exporte en effet près de 80% de sa production, et 60% de ses exportations sont destinées à l'UE. Les accords bilatéraux offrent aux entreprises un accès direct au marché intérieur européen, soulignent les partenaires sociaux.

Enormes dégâts redoutés

Les dégâts pour l'industrie MEM seraient énormes, avertissent les organisations de la branche. Aujourd'hui déjà, le marché du travail est asséché dans plusieurs importants segments de ce secteur et la situation va encore s'aggraver ces prochaines années pour des raisons démographiques.

Il ne sera donc que partiellement possible de combler la pénurie de main-d?oeuvre qualifiée en exploitant le potentiel local. Par conséquent, les entreprises sont tributaires de leur accès au marché du travail européen. Et les conditions de travail de la main-d'oeuvre suisse sont protégées par les mesures d?accompagnement, rappellent les partenaires sociaux.

«Les accords bilatéraux sont un gage de succès pour l?économie suisse», dit le conseiller national Thomas Weibel (PVL/ZH), président de l'Association suisse des cadres, devant les médias à Berne, selon dans le communiqué. «Notre compétitivité et notre bien-être reposent sur la libre circulation des personnes». Selon Hans Hess, président de Swissmem, 78% des entreprises de l?industrie MEM font valoir que pour elles, les accords bilatéraux sont importants sinon indispensables.

Echanges nécessaires

Nos institutions de recherche et de formation ont aussi besoin d?échanges internationaux, ajoutent les partenaires sociaux de la branche. Seule la libre circulation des personnes permet de continuer à proposer «d?excellentes formations de base et continues sur sol suisse».

Les partenaires sociaux s'engagent pour le maintien des accords bilatéraux et pour de bonnes relations à long terme avec l'UE. Ils combattront donc résolument l?initiative aussi appelée «de résiliation». L'UDC et l'ASIN ont débuté la récolte des signatures à la mi-janvier. Elles ont jusqu'au 18 juillet 2019 pour récolter les 100'000 paraphes nécessaires. (ats/nxp)

Créé: 14.02.2018, 10h08


Sondage

Ouvrir une enquête pour abandon de lapins, vous trouvez cela...






Sondage

La cryptomonnaie, tel le bitcoin ou l'ether, vous connaissez?





S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.