Mardi 20 août 2019 | Dernière mise à jour 05:53

Campagne L'initiative anti-avortement est «dangereuse»

La prise en charge des interruptions de grossesse (IVG) par l'assurance maladie ne doit pas être remise en cause, estime Alain Berset.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Alain Berset a lancé lundi la campagne contre l'initiative populaire «financer l'avortement est une affaire privée», en votation le 9 février. Ce texte est «dangereux et trompeur», selon le conseiller fédéral .

L'initiative des milieux anti-avortement vise à supprimer, sous réserve de rares exceptions, le remboursement des IVG par l'assurance obligatoire des soins. «Sous prétexte d'économies, cette initiative veut opérer une marche arrière et remettre en cause un acquis social important», a déclaré le ministre de la santé lors d'une conférence de presse.

La réduction des dépenses à charge des caisses maladie, estimées à moins de 8 millions de francs par an, ne saurait justifier cette radiation puisque la somme représente 0,03% des 26 milliards de francs à charge de l'assurance obligatoire.

Adopté en votation populaire il y a onze ans par plus de 72% des votants, la dépénalisation des IVG a fait ses preuves et n'encourage pas les avortements. Avec environ 7 interventions pour 1000 femmes de 15 à 44 ans, la Suisse connaît un des taux d'avortements les plus bas d'Europe. Chez les adolescentes, la part a même chuté de 6 pour mille en 2005 à 4,5 l'an dernier.

La législation actuelle supprime des barrières légales et financières tout en fixant des exigences pour que les interventions soient pratiquées dans de bonnes conditions et sur demande écrite des intéressées. (ats/nxp)

Créé: 09.12.2013, 11h39

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Les plus partagés Suisse