Mardi 22 octobre 2019 | Dernière mise à jour 21:19

Votations du 9 février Une initiative «dangereuse pour la santé des femmes»

L'initiative «financer l'avortement est une affaire privée» risque de mettre la santé des femmes en danger sans que des économies substantielles soient réalisées, dénoncent des spécialistes de la santé et de l'éthique.

Christine Sieber, de l'association «Santé sexuelle», et Denis Müller, professeur honoraire de l'Université de Genève et spécialiste d'éthique, hier lors de la conférence de presse à Berne.

Christine Sieber, de l'association «Santé sexuelle», et Denis Müller, professeur honoraire de l'Université de Genève et spécialiste d'éthique, hier lors de la conférence de presse à Berne. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des spécialistes de la santé et de l'éthique ont mis en garde mercredi contre les dangers que ferait courir aux femmes l'initiative «financer l'avortement est une affaire privée». Pour eux, il est faux de dire qu'il s'agit d'une affaire privée, car elle concerne la société.

Sans une prise en charge des coûts par l'assurance de base, les femmes les plus défavorisées seraient tentées de se tourner vers des offres bon marché mais médicalement douteuses, pouvant nuire à leur santé, a craint Christine Sieber, de l'association «Santé sexuelle», lors d'une conférence à Berne.

Risques de complications

Et Franziska Maurer, membre du comité de Gynécologie suisse, de rappeler les complications qui peuvent survenir: saignements, hémorragies, infections ou stérilité. «Ce n'est vraiment pas cela que nous voulons!»

Le taux d'avortement en Suisse est resté stable, même après l'entrée en vigueur de la loi sur l'interruption volontaire de grossesse (IVG) en 2002. Il ne baissera donc pas si l'initiative passe, a estimé le docteur Remo Osterwalder, membre du comité central de la Fédération des médecins suisses (FMH). La Suisse a un des taux d'avortements les plus bas et les plus stables d'Europe.

Cette mise en danger de la santé des femmes se ferait pour des économies représentant moins de 0,03% des dépenses totales de l'assurance de base, selon Remo Osterwalder. Cela représenterait une baisse des primes de 20 centimes par mois et par assuré. La raison de cette initiative se trouve donc ailleurs.

Regrets et liberté

Les initiants veulent revenir en arrière parce que, sur le fond, ils regrettent le vote de 2002, a argumenté Denis Müller, professeur honoraire de l'Université de Genève et spécialiste d'éthique.

«De plus, il s'agit de respecter la liberté de choisir de chacun d'entre nous, pas parce qu'il s'agit d'une affaire privée, mais parce qu'elle nous concerne tous, car le droit à l'avortement nous met face à l'idée que nous nous faisons de la valeur et du prix de nos libertés», a expliqué Denis Müller.

Les initiants, issus des milieux chrétiens-conservateurs, évaluent les économies entre 8 et 20 millions des francs par an. Le Conseil fédéral parle lui de huit millions. L'initiative demande que les avortements ne soient plus remboursés par l'assurance maladie obligatoire, sous réserve de quelques exceptions.

Les initiants sont pour l'essentiel aussi des opposants à l'avortement. Le régime du délai, en vigueur depuis octobre 2002, autorise une intervention dans les douze premières semaines de grossesse. Il impose un encadrement et un accompagnement strict. (ats/nxp)

Créé: 08.01.2014, 18h13

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.