Mardi 12 novembre 2019 | Dernière mise à jour 11:26

Suisse Une initiative populaire veut interdire la publicité pour la cigarette

Des politiciens et médecins présenteront mardi un texte souhaitant interdire la pub pour le tabac au cinéma ou dans les festivals.

Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Fini la publicité pour les cigarettes sur des affiches, dans les cinémas, dans les médias impimés et en ligne ou encore lors d'opérations de sponsoring dans les festivals. C'est ce que revendique le comité en faveur de l'initiative populaire «Oui à la protection des enfants et des jeunes contre la publicité pour le tabac», présentée et lancée mardi.

La raison de cette offensive: après l'échec en 2016 du projet de loi sur le tabac au Parlement, le nouveau projet de loi, mis en consultation en décembre dernier par le Conseil fédéral, renonce finalement à interdire la publicité dans les cinémas, les médias payants ou sur des affiches. Le conseiller national Bruno Pezzati (PLR/ZG) avait justifié à l'époque: «Les principaux perdants d'une telle interdiction seraient l'industrie du tabac et le secteur publicitaire avec près de 13'000 emplois et une valeur ajoutée de 6,5 milliards de francs, ce qui fait tout de même 1% du PIB.»

«Nous savons que les interdictions sont efficaces»

Les initiants de l'initiative populaire estiment cependant qu'en renvoyant le projet de loi «le Parlement n'assume pas ses responsabilités» en terme de protection de la jeunesse, écrit ce lundi «20 Mintuen». C'est pourquoi ils souhaitent interdire toute publicité sur le tabac qui pourrait atteindre les enfants et les adolescents. Le comité en faveur du texte est composé de politiciens, de médecins et d'organisations actives dans le domaine de la santé. Concrètement, ils souhaitent bannir la pub de tous les endroits où les mineurs peuvent se rendre légalement.

«Nous savons que les interdictions sont efficaces», affirme le conseiller aux Etats Hans Stöckli (PS/BE).« Cette initiative populaire est nécessaire puisqu'il n'y a aucune majorité au Parlement prête à prendre de bonnes mesures.» Il rappelle également que certains cantons, tels que Soleure ou le Valais, limitent déjà depuis plusieurs années la publicité pour le tabac à certains niveaux. «C'est un fait que le nombre de fumeurs est inférieur d'environ 20% dans les cantons qui connaissent des réglementations strictes en la matière.»

«Le peuple veut des règles plus strictes»

Wolfgang Kweitel, de l'association suisse pour la prévention du tabagisme, pense que l'initiative populaire a de bonnes chances de passer. Car selon une étude d'Addiction Suisse, 58% de la population soutiennent une interdiction généralisée de la publicité pour les produits du tabac. «Cela montre que le peuple veut des règles plus strictes que le Parlement.»

L'industrie du tabac, elle, ne comprend en revanche pas pourquoi une telle initiative est lancée. Kevin Suter, porte-parole de Japan Tobacco International, qui gère notamment les marques Camel et Winston, affirme: «C'est une étrange compréhension de la démocratie que de lancer une initiative pendant que les processus parlementaires prennent leur cours.» Selon lui, le marché du tabac est déjà bien assez régulé en Suisse. «De nouvelles restrictions en terme de publicité ne sont pas nécessaires.» Il estime par ailleurs qu'en interdisant la vente aux cigarettes aux moins de 18 ans, la jeunesse est suffisemment protégée.

Créé: 19.03.2018, 20h34

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.