Jeudi 19 juillet 2018 | Dernière mise à jour 07:01

Suisse Les initiatives populaires ont eu le vent en poupe

En 2017, dix textes ont été lancés, soit quatre initiatives populaires de plus qu'en 2015 et 2016. Cinq ont été déposées.

Les Suisses ont été sollicités à plusieurs reprises

Les Suisses ont été sollicités à plusieurs reprises Image: Image d'illustration/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Après deux années plutôt maigres, le droit de l'initiative populaire a repris des couleurs en 2017. Dix textes ont été lancés cette année, soit quatre de plus qu'en 2015 et 2016. Cinq ont été déposées.

Cette flambée est cependant sans comparaison avec les années fastes de 2009 à 2014, lorsqu'en moyenne treize initiatives étaient lancées chaque année. En 2011, il y en avait même eu 23. Depuis, le recours à ce droit populaire est retombé à un niveau plus modéré.

Même à deux ans des prochaines élections fédérales, les grands partis sont en retrait. Seule l'UDC s'est annoncée avec sa deuxième initiative anti-immigration intitulée «Limite aux frontières». La récolte de signatures devrait commencer début janvier.

La santé en point de mire

Le PDC et le PS ont évoqué des initiatives populaires pour freiner les coûts de la santé. Mais les détails restent encore à fixer. Reste que ce thème est brûlant. Deux initiatives ont été lancées en octobre par des comités réunissant notamment des personnalités politiques telles les conseiller d'Etat Pierre-Yves Maillard (PS/VD) ou Mauro Poggia (MCG/GE) ainsi que des associations de consommateurs et d'assurés.

La première, intitulée «Assurance-maladie. Pour une liberté d'organisation des cantons», a été lancée au lendemain de l'annonce des primes 2018. Son but est de donner aux cantons la liberté de créer une institution cantonale chargée de compenser l'ensemble des coûts à charge de l'assurance obligatoire des soins.

La seconde «Stop aux lobbies des caisses-maladie» veut interdire aux parlementaires de siéger dans les directions des caisses d'assurance maladie. La récolte de signatures pour les deux textes a commencé en octobre.

La santé est aussi au centre des préoccupations de l'initiative «Pour des soins infirmiers forts», lancée en janvier par l'Association suisse des infirmières et infirmiers (ASI). La récolte de signatures a abouti en novembre déjà. Une autre initiative sur le même thème est en cours depuis octobre et concerne le don d'organes.

Environnement, nucléaire, armement

D'autres textes circulent actuellement dans les rues de Suisse pour réunir les paraphes: il y a celle qui veut couper les paiements directs aux agriculteurs recourant aux pesticides ou aux antibiotiques, celle pour une sortie de l'atome d'ici 2029 et une autre pour interdire l'expérimentation animale.

Le Groupe pour une Suisse sans armée (GSsA) et les Jeunes Verts veulent interdire le financement de l'industrie de l'armement par la Banque nationale suisse, les fondations ainsi que les caisses de pension. Les Jeunes socialistes reviennent eux à la charge avec leur initiative 99% pour taxer les plus riches.

Au total, cinq initiatives populaires ont été déposées cette année à la Chancellerie fédérale, soit deux de moins qu'en 2016. Parmi elles figure celle pour interdire la burka à l'échelle suisse. Le Conseil fédéral a déjà proposé un contre-projet.

Il y a également l'initiative populaire du PS, des Verts, du PBD, du PEV, du Parti pirate et de Transparency International Suisse pour exiger plus de transparence des partis et des comités de campagne. Et celle pour un congé paternité de quatre semaines de même que celle contre l'îlot de cherté qu'est la Suisse.

Pas assez de signatures

Certains comités ont échoué à récolter assez de signatures. C'est le cas de «Stop aux excès de Via sicura». D'autres ont été retirées comme RASA, l'initiative pour biffer l'article constitutionnel sur l'immigration accepté par les citoyens le 9 février 2014, l'initiative sur la réparation en lien avec les enfants placés et celle sur la sécurité alimentaire. Dans les deux derniers cas, un contre-projet du Parlement a été élaboré.

En 2017, le peuple n'a voté sur aucune initiative populaire. En revanche, le Parlement et le Conseil fédéral se sont saisis de 14 textes, un de plus qu'en 2016. Le seul qui est prêt pour la votation concerne No Billag sur lequel le peuple se prononcera le 4 mars prochain et dont la campagne a déjà largement démarré cette année. (ats/nxp)

Créé: 26.12.2017, 15h02


Sondage

La nuit, dormez-vous avec votre smartphone allumé dans la même pièce?




Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.