Dimanche 8 décembre 2019 | Dernière mise à jour 21:50

Europe L'Italie et l'Allemagne face à de grands défis pour les NLFA

Le tunnel de base du Gothard est terminé. Mais la Suisse doit attendre ses voisins pour que la liaison soit pleinement opérationnelle.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Avec le tunnel de base du Gothard, le coeur de l'ouvrage des Nouvelles liaisons ferroviaires à travers les Alpes (NLFA) est achevé. Pour que les marchandises puissent réellement être transportées du nord au sud plus rapidement, l'Italie et l'Allemagne feront face à de grands défis ces prochaines années.

Les objectifs italiens sont particulièrement ambitieux. Ces dernières années, le trafic ferroviaire s'est mué en une société à deux vitesses. Les voyageurs des trains à grande vitesse Frecciarossa traversent le pays à des vitesses qui peuvent atteindre 300 kilomètres à l'heure. Le trajet entre Milan et Rome dure moins de trois heures.

Il y a en revanche encore beaucoup à faire au niveau du trafic régional et du trafic des marchandises. Cela a aussi des conséquences sur le renforcement du corridor Rhin-Alpes, dont fait partie le tunnel de base du Gothard. Grâce à lui, le transport de marchandises entre la mer du Nord et la mer Méditerranée sera plus avantageux et plus rapide. La Suisse représente une liaison centrale.

Jusqu'à fin 2020, les trois principales voies d'accès italiennes aux NLFA en Suisse devront être entièrement adaptées, précise une porte-parole du ministère italien des Infrastructures et des Transports. Les travaux se concentreront sur l'ouverture du tunnel de base du Ceneri entre Bellinzone et Lugano, prévue pour décembre 2020.

Du côté de la Suisse, de nombreux travaux sont encore à effectuer pour terminer «le corridor 4 mètres» prévu pour décembre 2020, a déclaré la porte-parole des CFF Roberta Trevisan. Il est nécessaire au chargement des semi-remorques de quatre mètres de haut sur le rail.

Soutien financier de la Suisse

Trois lignes sont importantes pour le transbordement de la route au rail : le tronçon du Simplon de Milan via Domodossola, la liaison centrale à l'axe du Gothard à partir de Milan via Chiasso et le tronçon Novara - Luino qui passe le long du lac Majeur. Début 2014, la Suisse avait convenu avec l'Italie de lui verser un montant à fonds perdus de 120 millions d'euros pour effectuer les travaux nécessaires.

Une fois ces travaux terminés, le ministère italien des Infrastructures et des Transports estime que 390 trains au lieu des 290 actuels pourront circuler journellement sur ces lignes. Actuellement, 65% des marchandises qui transitent entre la Suisse et l'Italie passent par le rail. Si tous les trains circulent, ce taux pourrait passer à 87%.

A l'intérieur de la Péninsule, ces pourcentages ne sont pas encore atteints. Le gouvernement de Matteo Renzi s'est fixé pour objectif de faire passer la moitié des marchandises par le rail d'ici 2021. L'Italie se conforme ainsi aux directives européennes, a déclaré la porte-parole du ministère.

Les Apennins au lieu des Alpes

Le «Terzo Valico» est un grand chantier qui représente pour l'Italie ce que le Gothard constitue pour la Suisse. Un tunnel de 37 kilomètres est actuellement en construction à travers les Apennins du Nord. Son coût total est de 6,2 milliards d'euros. Il sera terminé d'ici 2021, selon la porte-parole de la société ferroviaire italienne.

Le «Terzo Valico» permettra d'accélérer le transit des marchandises entre Milan et Gênes et de raccourcir le temps du trajet pour les passagers. Le projet est également très important pour les ports de la côte ligure. Sans une bonne connexion aux zones industrielles du nord de l'Italie, ils pourraient se retrouver en perte de vitesse par rapport aux ports de Rotterdam et d'Anvers. La Ligurie risque de passer à côté du raccordement.

Retards au nord

Du côté de l'Allemagne, les travaux de raccordement aux NLFA dureront encore 20 ans. Le responsable du projet des chemins de fer allemands estime que le développement et la construction des 182 kilomètres de tronçon entre Karlsruhe et Bâle ne pourront pas être achevés avant 2035.

Le projet à plusieurs milliards, pour lequel l'Allemagne s'était engagée en 1996 envers la Suisse, a sans cesse pris du retard. Il a fait face à des résistances au sein de la population et à un manque de financement.

Il y a quelques années, la Suisse a vertement critiqué l'Allemagne pour ce retard. Aujourd'hui, l'Office fédéral des transports (OFT) est plus confiant. En janvier, le Bundestag a décidé de poursuivre la construction des quatre voies et de répondre aux exigences de la population en prévoyant des protections contre le bruit et des contournements.

Cette décision, qui concerne également un tunnel de 7 kilomètres près d'Offenburg, montre que l'Allemagne est décidée à remplir ses engagements, estimait l'OFT en février. Actuellement, l'office est aussi optimiste en ce qui concerne la résolution des obstacles à venir.

Les responsables du projet des chemins de fer allemands sont du même avis. Un porte-parole de DB Netz SA estime qu'il n'y aura plus de grands problèmes. Les décisions sont prises et soutenues par les régions. Il existe désormais une base commune pour un tracé consensuel.

Rhin: une artère économique vitale

La Rheintalbahn, la ligne qui passe dans la vallée du Rhin, fait une boucle de 3,1 kilomètres en Suisse. Le tronçon entre la frontière et la gare allemande de Bâle devrait être développé pour un montant de 272 millions d'euros. Trois nouveaux ponts sont notamment nécessaires. Selon l'OFT, 34 oppositions ont été déposées contre les premiers projets.

Neuf milliards d'euros devraient être investis sur cette ligne de la vallée du Rhin. Elle fait partie des tronçons les plus utilisés en Europe et constitue l'axe central pour le transport de marchandises à partir des grands ports à conteneurs du Nord vers la Suisse et l'Italie. Sur les 182 kilomètres, seuls 60 kilomètres sont déjà réalisés.

Il n'existe pas de délais fixes pour l'aménagement complet des tronçons d'accès, selon l'OFT. D'après le contrat, l'aménagement doit pouvoir suivre la demande de transports. L'OFT part du principe que les capacités sont suffisantes pour le moment sur la Rheintalbahn. (ats/nxp)

Créé: 22.05.2016, 13h03

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.