Jeudi 9 juillet 2020 | Dernière mise à jour 10:23

Suisse J-2 pour les candidats au Conseil fédéral

La PLR Karin Keller-Sutter reste la favorite pour succéder à Johann Schneider-Ammann. L'issue est plus incertaine pour le fauteuil de Doris Leuthard.

Viola Amherd et Karin Keller-Sutter sont en pôle position.

Viola Amherd et Karin Keller-Sutter sont en pôle position. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les quatre candidats à la succession de Doris Leuthard et de Johann Schneider-Ammann passeront une dernière audition devant les groupes parlementaires mardi. Tandis que Karin Keller-Sutter reste la favorite pour reprendre le siège PLR, l'issue semble toujours plus incertaine du côté du PDC.

Les candidates démocrates-chrétiennes, la Valaisanne Viola Amherd et l'Uranaise Heidi Z'graggen ont accordé samedi une double interview aux journaux du groupe CH-Media: elle permet de déceler leurs points communs et de leurs différences. C'est surtout sur la politique d'immigration qu'elles divergent.

La conseillère nationale Viola Amherd ne considère pas qu'il y ait trop d'étrangers en Suisse: «La Suisse a besoin d'étrangers qualifiés. J'étais récemment à l'hôpital et c'est du personnel étranger qui s'est occupé de moi.» Heidi Z'graggen estime de son côté que les coûts de l'immigration sont élevés et que celle-ci doit répondre aux besoins de l'économie. Les investisseurs étrangers sont par exemple les bienvenus.

Les deux politiciennes identifient également des défis différents pour la Suisse. Mme Amherd estime que le renforcement des assurances sociales est important pour l'ensemble de la population. Mme Z'graggen met plutôt l'accent sur la politique énergétique. «Le peuple nous le demande: nous devons quitter le nucléaire», a déclaré la conseillère d'Etat uranaise.

Viola Amherd en pole position

Les jeux sont plus ouverts au PDC qu'au PLR, même si Viola Amherd part avec un avantage sur Mme Z'graggen. Même si après leur audition mardi dernier, le groupe UDC privilégie l'Uranaise.

Les Verts et les Vert'libéraux, qui ont aussi entendu les quatre candidats, se prononceront cette semaine. Les autres groupes parlementaires - PDC et PLR compris - interrogeront les candidats mardi.

«L'histoire des élections au Conseil fédéral confère à Mme Amherd, vice-présidente du groupe, l'avantage décisif d'une 'insider'», a écrit Urs Altermatt dans un article paru dans le SonntagsBlick.

Candidat «alibi»

La PLR st-galloise Karin Keller-Sutter n'a elle guère à craindre des stratégies qui seront élaborées pendant la «Nuit de longs couteaux», selon l'historien. Le conseiller aux Etats nidwaldien PLR Hans Wicki reconnaît se trouver dans une position de départ moins favorable. «La question des femmes est incontestablement centrale», a-t-il relevé, sans vouloir nier les qualités de sa collègue de parti, dans une interview publiée samedi par La Liberté et ses partenaires régionaux.

«Je me donne à fond et au final, l'Assemblée fédérale choisira si elle élit deux femmes ou un homme et une femme». Il a également rappelé que la représentation des régions reste un facteur important lors de l'élection du Conseil fédéral.

Hans Wicki a le «rôle du candidat alibi», a résumé crûment l'historien Urs Altermatt. L'élection d'au moins une deuxième conseillère fédérale relève du devoir politique dans l'air du temps. Le PLR se voit davantage confronté à cette demande puisqu'aucune conseillère fédérale portant ses couleurs n'a été élue au gouvernement depuis la démission d'Elisabeth Kopp en 1989.

Créé: 03.12.2018, 10h15

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.