Lundi 25 mai 2020 | Dernière mise à jour 07:36

Transports genevois Des jeunes PLR dénoncent pénalement les grévistes

Plusieurs membres des Jeunes libéraux-radicaux ont écrit au Ministère public pour inciter le procureur général à poursuivre les grévistes.

«Avoir sciemment empêché le personnel non-gréviste de travailler en entravant les dépôts des TPG constitue une infraction». estime Darius Azarpey.

«Avoir sciemment empêché le personnel non-gréviste de travailler en entravant les dépôts des TPG constitue une infraction». estime Darius Azarpey. Image: TG/Laurent Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«J’ai décidé de déposer une dénonciation pénale pour diminuer la peine encourue par mes proches dans cette affaire.» A l’instar du secrétaire des Jeunes libéraux-radicaux (JLR) Genève, Darius Azarpey, plusieurs membres du PLR se sont fendus d’un courrier à l’attention du Parquet genevois, visant à dénoncer pénalement les grévistes des Transports publics du canton (TPG) pour «entrave aux services d’intérêt général».

«La grève d'hier a porté préjudice à la population et généré de graves conséquences pour beaucoup de monde», déclare à titre privé celui qui prendra la présidence des JLR genevois d’ici une dizaine de jours. «Des membres de ma famille se sont retrouvés bloqués dans leur trajet pour aller au travail. Ce n’est pas normal: avoir sciemment empêché le personnel non gréviste de travailler en entravant les dépôts des TPG constitue une infraction.» Cet étudiant en droit estime que des photos de presse suffisent à prouver que des chauffeurs qui étaient prêts à assurer un service minimum en ont été empêchés.

Au moins trois autres membres de la section vaudoise des JLR ont initié une démarche similaire, en qualité de pendulaires lésés. «Transmettre cette dénonciation à titre privé nous donne la garantie que le Ministère public ouvrira une instruction», explique son trésorier Jonathan Kuntzmann. «Ce ne sont pas les grévistes en tant que tels que nous visons, mais l’attitude de certains, qui ont empêché l’existence d’un service de transports publics. C’est anticonstitutionnel, dès lors que la constitution genevoise prévoit un service minimum en cas de grève.»

Contacté, le procureur général Olivier Jornot n’a pas souhaité s’exprimer sur le sujet. «C’est pourtant le devoir de l’autorité d’instruire», estime pour sa part le conseiller national PLR Christian Lüscher, qui se dit scandalisé que «des gens aient empêché ceux qui voulaient travailler de travailler». «Ce délit se poursuit d’office, et il y a des indices suffisants qu’une infraction a été commise», déclare l’élu genevois en faisant allusion au communiqué des TPG d’hier, qui faisait état de pressions des grévistes à l’encontre des conducteurs prêts à prendre leur service. «Les fauteurs de trouble pourront se défendre devant les tribunaux, ils bénéficient de la présomption d’innocence comme tout le monde», conclut Christian Lüscher.

Créé: 20.11.2014, 18h40

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.