Mercredi 20 novembre 2019 | Dernière mise à jour 13:02

Scandale sexuel Jolanda Spiess-Hegglin quitte son parti

La députée zougoise, au centre d'une affaire qui a secoué la vie politique du canton, a quitté les rangs de l'Alternative verte.

Jolanda Spiess-Hegglin va continuer de siéger au parlement zougois.

Jolanda Spiess-Hegglin va continuer de siéger au parlement zougois. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Etre confronté à ce qui s'est passé autour de ma personne a aussi été lourd pour mes collègues de parti», cette situation «a absorbé beaucoup d'énergie», souligne Jolanda Spiess-Hegglin dans un communiqué. Elle dit vouloir libérer son parti de ce fardeau, ajoutant qu'elle continuera à être active politiquement de façon indépendante.

Jolanda Spiess-Hegglin et le député UDC zougois Markus Hürlimann font les gros titres des journaux depuis près d'un an. Au matin qui avait suivi la fête pour l'élection du président du gouvernement Heinz Tännler (UDC) dans la nuit du 20 au 21 décembre 2014, la politicienne n'avait plus aucun souvenir de la fin de la soirée et s'était rendue à l'hôpital pour des analyses de sang et d'urine.

L'hôpital avait alerté le Ministère public. M. Hürlimann avait alors été soupçonné d'avoir abusé de Mme Spiess-Hegglin en utilisant la «drogue du violeur».

L'enquête a aujourd'hui été classée par le Ministère public. Des traces d'ADN prouvent qu'il y a certes eu contact sexuel, mais aucun indice ne montre que la politicienne était dans l'incapacité de se défendre.

Un retrait exclu

En septembre dernier, les partis cantonaux du PLR, du PDC, du PS et des Vert'libéraux avaient demandé dans une lettre ouverte aux deux concernés de se retirer du parlement zougois. Une option que Jolanda Spiess-Hegglin a à nouveau exclu dans le communiqué.

Elle y indique par ailleurs vouloir s'engager davantage, en marge des questions de politique familiale, sociale et environnementale, pour l'égalité des sexes et les droits des femmes. Les expériences «de sexisme et d'hostilité envers les femmes» éprouvées au cours des onze derniers mois lui ont, dit-elle, «ouvert les yeux et montré que nous sommes en partie restés bloqués au Moyen-Age».

Markus Hürlimann a pour sa part quitté la présidence de la section cantonale de l'UDC après le scandale. Il a porté plainte en avril contre Jolanda Spiess-Hegglin pour calomnie et diffamation. (ats/nxp)

Créé: 13.11.2015, 06h15

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.