Samedi 30 mai 2020 | Dernière mise à jour 17:50

Presse Journaux interdits dans les cafés? Les Valaisans font de la résistance

Se basant sur le fait qu'il est seulement «recommandé» de ne pas proposer des journaux dans les cafés, certains établissements les proposent avec du désinfectant avant et après.

Dans certains cafés de Sion, des gens ont apporté leur journal et l'ont «oublié» sur les tables. D'autres le proposent clairement avec du désinfectant. Et d'autres non.

Dans certains cafés de Sion, des gens ont apporté leur journal et l'ont «oublié» sur les tables. D'autres le proposent clairement avec du désinfectant. Et d'autres non. Image: matin.ch

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

En temps normal, Sion et ces dizaines et dizaines d'établissements publics se transforment chaque matin en un immense salon de lecture: «Le Nouvelliste» d'abord, puis «20 Minutes», ensuite «Le Temps» ou enfin «L'Illustré», quand on a fini la presse quotidienne. Pour les Sédunois, dont beaucoup travaillent dans l'administration, cette lecture au café est une tradition aussi sacrée que la Sainte-Catherine sur la place de la Planta.

«Comme des piscines sans eau»

«Rouvrir les bistrots sans les journaux, c'est comme rouvrir les piscines sans mettre l'eau, explique un patron de café près de la Gare, cela n'a pas de sens.» En faisant un sondage en ville, certains tenanciers respectent toutefois ce qu'ils ont pris pour une interdiction formelle de mettre à disposition des journaux. Il n'y a plus rien, même pas le Bulletin officiel. Il n'y a plus de clients non plus, le matin surtout.

«Une dame l'a oubliée»

Dans un autre café sur la Place du Midi, une édition du jour du «Nouvelliste» traîne sur une table. A la question de savoir si on peut prendre le journal pour le lire, la serveuse répond: «Ah, si vous voulez... C'est une dame qui a dû l'oublier». La situation est cocasse, car en page 3, l'article principal est justement consacré à l'interdiction des journaux dans les cafés! C'est le frisson d'une lecture en infraction. En partant, on l'oublie aussi. Au lecteur suivant, elle pourra dire que c'est «un monsieur» qui l'a oublié.

Permis, si on se désinfecte

Dans un troisième café, des journaux sont proposés avec des magazines. A côté est posée une fiole de désinfectant à vaporiser: «Les gens sont libres de prendre les journaux s'ils se désinfectent les mains avant et après», précise le serveur. Pour lui, il ne fait pas de doute que les clients viennent pour lire les journaux. Ils n'ont pas envie de venir au café «pour regarder le plafond».

Plutôt non, mais oui si...

Interdit ou pas? Le président de Gastrovalais, André Roduit, se veut au plus près de la lettre des recommandations de Gastrosuisse et plus loin de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP): «La mesure numéro 7, avance-t-il, précise qu'il est recommandé de ne pas mettre les journaux à disposition parce qu'ils pourraient être un vecteur de transmission du virus. Mais ceux qui les mettent doivent prendre les mesures nécessaires pour que les clients se lavent les mains avant et après les avoir lus. Personnellement, je dirais qu'il ne faut plutôt pas le faire. Mais si on le fait, il faut respecter les règles».

Une remarque, mais pas d'amende

Quelles sont les sanctions prévues pour ceux qui ne respecteraient pas ces multiples mesures? «Une remarque, atteste André Roduit, mais pas d'amende.» Il ajoute qu'en Valais, c'est le Service de protection des travailleurs qui effectue les contrôles dans les établissements publics. «Les polices cantonale et municipale n'interviennent pas pour ça. Elle peuvent être appelées en cas d'incivilités, par exemple, si dix personnes se mettent autour d'une table et refusent d'obtempérer aux injonctions du patron.»

Eric Felley

Créé: 13.05.2020, 10h44

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.