Vendredi 29 mai 2020 | Dernière mise à jour 00:03

Editorial Juges étrangers: L'UDC joue déjà à qui perd gagne

Qu'importe le résultat, pour l'UDC seule compte la pression continuelle que ses initiatives mettent sur la politique suisse. Que ce soit oui ou non, cela n'y changera rien.

Samedi dernier à Volketswil, Christoph Blocher tenait encore la vedette lors du congrès du parti devant les militants et les radios...

Samedi dernier à Volketswil, Christoph Blocher tenait encore la vedette lors du congrès du parti devant les militants et les radios... Image: Keystone

Sondage Tamedia

L’initiative de l’UDC pour l’autodétermination est créditée de 44% des intentions de vote au 2e sondage Tamedia pour la votation du 25 novembre prochain. 53% des sondés sont contre et 3% encore indécis. C’est un résultat similaire au 1er sondage. Ses partisans se recrutent essentiellement à l’UDC, mais également au PLR, où 30% des sympathisants disent voter oui.

Le principal argument avancé en faveur de l’initiative est que les décisions du peuple doivent être respectées, ce qui est fondamental pour le fonctionnement de la démocratie. A l’inverse, les opposants estiment que la Suisse décide déjà elle-même des traités internationaux auxquels elle
adhère et que l’initiative menace la protection des droits de l’Homme.

L’initiative pour les vaches à cornes obtient encore une majorité de 51 % contre 53 % lors du premier sondage.

Enfin la Loi sur la surveillance des assurés est soutenue par une majorité de 68 % (contre 67% lors du 1er sondage). Les sympathisants des partis bourgeois sont largement favorables à cette loi, tandis que les socialistes et les Verts sont plus réticents.

Le sondage a été effectué online les 25 et 26 octobre auprès de 13 630 personnes. La marge d’erreur est de 1,4%.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'opinion semble stable après deux sondages, qui montrent un faible nombre d'indécis. C'est un 45-55 qui pourrait se retrouver dans les urnes le 25 novembre. La campagne de l'UDC reste un peu molle avec ses affiches jaunes. Ces personnes ordinaires qui prônent le oui à la démocratie directe ressemblent davantage à des clients de supermarché qui vantent des produits bio, qu'à des citoyens qui craignent pour l'avenir de la Suisse.

Samedi dernier, lors du congrès de l'UDC à Volketswil, Christoph Blocher a joué à qui perd gagne: «Si le peuple dit oui, c'est très bien pour la Suisse. S'il dit non, c'est bon pour l'UDC. Cela reste dans notre programme...» D’où l’on déduit que ce qui est bon pour l’UDC n’est pas forcément bon pour la Suisse. De toute façon, en cas de non, elle a déjà déposé son initiative contre la libre-circulation qui deviendra «le vrai match à venir», selon les termes du tribun.

L'important pour l'UDC est d'avoir en permanence une épée de Damoclès sur la politique suisse. Autrement dit, cette initiative sert d’abord les intérêts du parti, avant de servir les citoyens helvétiques, qui n'ont guère de souci particulier avec le droit international dans leur vie de tous les jours. Tout est calculé depuis 2015. La votation sert de tremplin à une petite année des élections fédérales. A Volketswil, le président Albert Rösti a déclaré: «Nous gagnerons de toute manière. Si ce n'est pas le 25 novembre, ce sera lors des prochaines élections.» Gagner, encore gagner, perdre pour mieux gagner, c'est un élan sans fin.

Avec les étrangers et l’Europe, l’UDC garde ses deux produits d’appel pour appâter le plus grand nombre d’électeurs. Mais pendant ce temps, le vrai projet de ses élites est d’étendre son vrai pouvoir dans l’économie, les banques, les assurances et autres centres de décision du pays.

Créé: 31.10.2018, 06h45

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.