Jeudi 9 avril 2020 | Dernière mise à jour 00:38

Energie Pourquoi le Kosovo fait retarder nos horloges

Un cafouillage sur le réseau électrique européen dérègle l'heure de certains appareils domestiques. En Suisse aussi.

Les horloges des appareils électroménagers peuvent être affectées par la baisse de fréquence constatée sur le réseau européen. En bas, la fréquence affichée sur le site Swissgrid.ch.

Les horloges des appareils électroménagers peuvent être affectées par la baisse de fréquence constatée sur le réseau européen. En bas, la fréquence affichée sur le site Swissgrid.ch. Image: iStock

Swissgrid réagit

Le réseau interconnecté d'Europe continentale enregistre depuis la mi-janvier un écart durable de la valeur moyenne de la fréquence du réseau de 50 Hertz, indique Swissgrid dans un communiqué publié mercredi.

La zone de contrôle de Serbie, Macédoine, Monténégro, notamment au Kosovo et en Serbie, est à l’origine des écarts. Trop peu d’énergie est injectée dans le réseau dans ce bloc.

Ces fluctuations de fréquence minimes n'ont aucune répercussion notable sur la sécurité de l'approvisionnement. Cet écart de fréquence doit cependant être corrigé le plus rapidement possible.

Il résulte de l'écart de fréquence durable dans le réseau interconnecté européen un écart de temps synchrone jusqu’au début mars de plus de 6 minutes. Cet écart (baisse de la fréquence en dessous de 50 Hz) a un effet sur toutes les horloges commandées électroniquement qui utilisent, contrairement aux montres à quartz, la fréquence dans le réseau électrique comme métronome, par exemple les radio-réveils et les horloges des fours de cuisson.

Cet écart fait l'objet d'une surveillance permanente de la part des gestionnaires du réseau interconnecté d'Europe continentale et est régulièrement documenté par Swissgrid.

Le Réseau européen des gestionnaires de réseaux de transport d'électricité élabore actuellement des solutions avec les gestionnaires de réseau de transport concernés. Afin d’équilibrer à nouveau le temps synchrone, il faut dès l’entrée en vigueur d’un accord injecter de l’énergie supplémentaire dans le réseau durant plusieurs semaines.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Lorsque j'ai regardé les horloges de mon four, puis de mon micro-ondes, j'ai constaté qu'elles accusaient un retard de 5 minutes environ.» Certes, les appareils électroménagers (dont la précision de l'horloge dépend du réseau électrique) ne sont pas connus pour être des monstres de fiabilité, «mais là, les deux en même temps, c'était inhabituel», a constaté en fin de semaine dernière cet habitant de Lausanne (VD). Même constat pour cet habitant de Froideville qui, la semaine dernière également, a failli arriver en retard à une activité de sa fille, faute d'avoir trop fait confiance à l'heure indiquée par son four.

L'explication de cette bizarrerie est tombée mercredi, via un communiqué de l'«European network of transmission system operators for electricity» (Entso-E), l'association qui fédère les fournisseurs d'électricité de 25 pays européens, dont la Suisse – via Swissgrid – fait partie. En substance, l'organisation accuse le Kosovo d'avoir baissé volontairement et massivement la quantité d'électricité qu'elle devrait injecter dans le réseau. Et que les pays supposés compenser ce manquement n'ont pas joué leur rôle, la Serbie – qui n'est pas dans les meilleurs termes politiques avec le Kosovo – en particulier.

Cette pénurie engendre une baisse légère, continue, de la fréquence moyenne du réseau électrique européen par rapport à la fréquence de référence (49.996 Hz au lieu de 50 Hz). Et aussi insignifiante semble-t-elle, cette différence fait retarder les horloges des appareils qui se synchronisent via l'électricité. Les fours, les micro-ondes mais aussi des radio-réveils, par exemple. Les horloges à quartz ou celles qui se calent via internet ne sont pas concernées.

«Ce différentiel, qui n'est jusqu'ici jamais survenu dans de telles proportions sur le réseau énergétique européen, doit cesser», tonne l'Entso-E qui demande avec la plus grande énergie que le problème soit résolu au niveau politique, afin qu'il puisse l'être aussi sur le plan technique.

L'Entso-E espère que la situation pourra être normalisée d'ici la fin de cette semaine. Mais il en faudra encore plusieurs pour que les pendules puissent être remises à l'heure... et le rester durablement.

Aussi préoccupante soit elle, cette crise n'a pas d'impact sur la sécurité, explique l'Entso-E. Il faudrait que la fréquence dépasse des valeurs limites bien plus extrêmes que la moyenne constatée depuis la mi janvier (49,996 Hz). Soit moins de 47,6 Hz ou plus de 52,4 Hz. Des limites au-delà desquelles les appareils électriques cesseraient de fonctionner.

Swissgrid étant l'organisme en charge de la surveillance de la fréquence en temps réel du réseau, l'état de ce dernier peut être suivi sur son site, ici.

Créé: 07.03.2018, 15h21

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.