Vendredi 22 novembre 2019 | Dernière mise à jour 00:03

Suisse L'élevage intensif pourrait disparaître dans 25 ans

Une initiative populaire, lancée par Vera Weber, présidente de la fondation du même nom, veut mettre à mal l'élevage intensif.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'élevage intensif devrait disparaître dans les 25 ans en Suisse. C'est du moins ce que demandent des protecteurs des animaux dans une initiative populaire. Ils ont jusqu'au 12 décembre 2019 pour récolter les 100'000 signatures nécessaires.

Derrière ce texte, publié mardi dans la Feuille fédérale, on retrouve la présidente de la Fondation Franz Weber, Vera Weber, le conseiller national Bastien Girod (Verts/ZH) ainsi que Sentience Politics. Chaque année en Suisse, 50 millions d'animaux terrestres sont élevés et abattus dans des conditions atroces, fait valoir cette association.

Et d'ajouter que l'élevage industriel accélère le réchauffement climatique, aggrave la faim dans le monde et la rareté de l'eau, entraîne la résistance aux antibiotiques, et viole les principes constitutionnels de protection des animaux.

Exigences

L'initiative demande que la Confédération protège la dignité de l'animal dans le domaine de la garde d'animaux à des fins agricoles. La dignité de l'animal comprend le droit de ne pas faire l'objet d'un élevage intensif, précise le texte.

Et de donner un définition générale de l'élevage intensif: élevage industriel visant à rendre la production de produits d'origine animale la plus efficace possible et portant systématiquement atteinte au bien-être des animaux.

La Confédération est appelée à fixer des critères sur un hébergement et des soins respectueux des animaux, l'accès à l'extérieur, l?abattage et la taille maximale des groupes par étable. La référence minimale serait le cahier des charges 2018 de Bio Suisse.

L'importation d'animaux et d'aliments d'origine animale devrait aussi répondre aux nouveaux critères. L'initiative laisse un délai transitoire de 25 ans au maximum pour appliquer l'initiative. La législation d'application devrait toutefois être adoptée dans un délai de trois ans. (ats/nxp)

Créé: 12.06.2018, 08h43

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.