Samedi 20 juillet 2019 | Dernière mise à jour 12:37

Fraude L'enquête à Genève jette une ombre sur les scrutins passés

Le doute est particulièrement prononcé pour les scrutins très serrés. La votation cantonale sur la nouvelle loi sur la police en particulier.

Affiches de la campagne en 2005 sur la nouvelle loi sur la police. Le «oui» l'avait emporté à une cinquantaine de voix près.

Affiches de la campagne en 2005 sur la nouvelle loi sur la police. Le «oui» l'avait emporté à une cinquantaine de voix près. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

A Genève, l'enquête pour fraude électorale menée par la justice a pour effet de jeter la suspicion sur les résultats des votations qui se sont déroulées ces dernières années dans le canton. Le doute est particulièrement prononcé pour les scrutins très serrés.

Dans cette catégorie, la palme revient à la votation cantonale sur la nouvelle loi sur la police, qui s'était tenue en mars 2015. La réforme avait été portée par le conseiller d'Etat Pierre Maudet et vivement combattue par les puissants syndicats policiers. Le oui l'avait emporté à une cinquantaine de voix près.

D'autres objets cantonaux ont également divisé le corps électoral genevois. En février 2016, le contre-projet à l'initiative sur l'imposition des personnes morales, portant notamment sur la possibilité d'accorder à des entreprises des allègements fiscaux temporaires, a été refusé à une majorité de 50,3%.

Suspense

Le même dimanche de votations, les Genevois avaient, en revanche, accepté de justesse une modification de la loi sur l'assurance-maladie, qui visait à atténuer les effets de seuil en matière de droit aux subsides. La population avait approuvé ce changement à une majorité de 50,26%.

En mai 2011, c'est l'initiative sur la mobilité douce qui avait entretenu le suspense. Le texte, qui demandait la mise en place d'un véritable plan directeur pour la construction de pistes cyclables et de parcours piétons sécurisés, avait finalement réuni 50,3% des votants.

Scrutin maintenu

Vendredi, certaines formations politiques ont continué de réagir au coup de tonnerre qu'a constitué l'annonce, jeudi, d'une perquisition menée par la police judiciaire genevoise dans les locaux du Service de votations. Le MCG a notamment indiqué «examiner les actions à entreprendre suite au vote douteux concernant la loi sur la police».

L'enquête du Ministère public a été ouverte après que deux collaborateurs du Service de votations et élections avaient dénoncé le comportement d'un de leurs collègues. Cette personne, qui a été interpellée jeudi, aurait, lors de plusieurs opérations électorales, détruit ou ajouté des bulletins de vote.

Concernant les votations du 19 mai prochain, où neuf objets cantonaux sont au menu, la chancellerie d'Etat a voulu rassurer. Dans un communiqué diffusé jeudi, elle a notamment affirmé qu'elle ne disposait d'aucun élément, en l'état, qui la conduirait à remettre en cause l'intégrité et le bon déroulement du scrutin. (ats/Le Matin)

Créé: 10.05.2019, 13h45

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.