Vendredi 19 juillet 2019 | Dernière mise à jour 08:26

Sinistre La grange contenait des aliments mais pas d'animaux

L'écurie est détruite, certes, mais les activités du Bison Ranch ne seront pas impactées par le sinistre. La structure devra cependant être reconstruite aussi vite que possible.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La vie reprend aux Colisses, après l'incendie survenu mardi matin sur ce domaine des Prés-d'Orvin (BE), dans la grange et l'écurie du Bison Ranch de Christian Lecomte. Un sinistre survenu en période estivale, sans conséquence ni pour les bisons, qui passent l'hiver dehors, ni pour les chevaux.

Alerté mardi à 3h50, les pompiers du Plateau de Diesse, d’Orvin-Plagne-Romont-Vauffelin et de Bienne ont mis 17 minutes pour intervenir aux Colisses du Bas, dans une écurie et une grange qui contenaient des aliments et, à l'arrière, des jerricans, des bidons et des citernes de mazout, d'essence et d'huile.

On voyait la braise

Propriétaire du Bison Ranch, Christian Lecomte a été réveillé par un employé français du Forest Jump qui dormait dans son camping car, à côté de l'écurie. «On voyait une lueur sous les tuiles», témoigne Christian Lecomte, qui a appelé les secours.

Mardi, son troupeau regroupé aux Colisses du Haut était éloigné du sinistre. Quand aux chevaux, ils se trouvaient en contrebas, loin des flammes et de la chaleur qui ont roussi des arbres.

Il s'agit maintenant d'entreposer ailleurs le foin fauché cette semaine. Et de reconstruire l'écurie avant l'hiver, avec sa stabulation libre pour les douze chevaux du domaine. Une tâche réaliste: un architecte retraité était sur place mercredi, pour prendre ce dossier en mains.

Bienvenue chez nous

L'automne dernier, le Bison Ranch fondé en 1992 a servi de décor à l'émission de TF1 «Bienvenue chez nous», diffusée au début de l'année. Les bisons étaient alors 46 à évoluer groupés, sur une vaste parcelle de 18 hectares.

Ses premières bêtes ont été importées du Dakota, nom donné au bar qui jouxte le restaurant fermé le lundi et le mardi. Les marcheurs et les touristes qui ont fait une halte au Bison Ranch mercredi ont à peine senti l'odeur âcre qui flottait dans l'air, à 1196 mètres d'altitude.

Avec ses cabanes, ses tipis et son dortoir, Christian Lecomte n'aura pas à annuler de réservations: l'incendie de mardi n'aura aucun impact sur la clientèle.

Créé: 04.07.2019, 15h47

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.