Mardi 20 août 2019 | Dernière mise à jour 16:30

climat La qualité de l'air s'améliore en Valais, sauf l'ozone

La répétition des épisodes météorologiques favorisant de hauts niveaux d'ozone devient «préoccupante», reconnaît l'Etat.

Les périodes excessivement polluées à l'ozone ont lieu chaque année depuis le début des mesures en 1990, en Valais.

Les périodes excessivement polluées à l'ozone ont lieu chaque année depuis le début des mesures en 1990, en Valais. Image: Photo d'illustration/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La qualité de l'air continue globalement de s'améliorer en Valais. La situation reste néanmoins inquiétante au niveau de l'ozone, conséquence du réchauffement climatique.

La répétition des épisodes météorologiques favorisant de hauts niveaux d'ozone devient «préoccupante», reconnaît mercredi l'Etat du Valais après la publication du rapport annuel sur la qualité de l'air dans le canton.

Les périodes excessivement polluées à l'ozone ont lieu chaque année depuis le début des mesures en 1990, «mais à des niveaux qui étaient moindres ces quinze dernières années», poursuit le communiqué. Il souligne que 2003, 2015 et 2018 ont été des années particulièrement néfastes en matière de pollution à l'ozone.

Valeurs dépassées

Pour 2018, les valeurs limites pour l'ozone ont été dépassées à de nombreuses reprises, et principalement lors de deux périodes: en avril avec une température dépassant de 3,9 degrés la norme mensuelle et en juillet-août en raison d'une forte vague de chaleur.

«La lutte contre l'ozone reste donc loin d'être gagnée, tant concernant sa concentration de fond d'échelle continentale, que sa production journalière à l'échelle cantonale à partir de gaz précurseurs et sous l'effet du rayonnement solaire», reconnaît l'Etat du Valais. Il ajoute vouloir poursuivre ses efforts «afin de garantir un air de qualité à l'ensemble de la population valaisanne.»

Particules fines: valeurs respectées

La situation est plus réjouissante concernant les autres polluants atmosphériques. Pour les particules fines, la valeur limite annuelle a été respectée dans toutes les régions valaisannes en 2018, et ce pour la cinquième année consécutive.

Concernant les particules très fines, une nouvelle limitation annuelle est entrée en vigueur le 1er juin 2018. Celle-ci a été «nettement respectée» sur cinq des sept stations d'observation, relève le communiqué. Pour les deux autres, à Sion en milieu urbain et à Massongex à proximité de la zone industrielle, les valeurs se sont situées «juste à la limite».

Pour le dioxyde d'azote, la valeur limite en moyenne annuelle a été respectée à toutes les stations en 2018 comme depuis 2013. «La marge entre les valeurs mesurées et la limitation s'est même amplifiée», note l'Etat du Valais. Il précise néanmoins que la station d'observation de Sion montre que la valeur limite n'est toujours pas respectée à proximité immédiate de l'autoroute A9. (ats/nxp)

Créé: 14.08.2019, 12h57

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.