Mercredi 19 juin 2019 | Dernière mise à jour 08:32

Tribunal fédéral La vente de tabac à mâcher n'est pas interdite

Le Tribunal fédéral annule une décision du Tribunal administratif fédéral qui voulait interdire l'importation de tabac à mâcher.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La vente du tabac à usage oral doit être autorisée en Suisse. Constatant l'illicéité de l'interdiction de ce produit en Suisse, le Tribunal fédéral a annulé une décision du Tribunal administratif fédéral.

La haute cour se prononçait sur le recours d'un importateur dont la marchandise - près de 250 kilos de «Tabac à mâcher Odens 10 Extreme White» - avait été refoulée en 2016 par l'Inspection des douanes à Bâle. L'an passé, le Tribunal administratif fédéral avait confirmé que cette décision était conforme à la législation sur les denrées alimentaires.

Dans un arrêt publié mardi, le Tribunal fédéral s'est écarté de cette opinion. En préambule, il constate que, tant que le projet de loi sur les produits du tabac (LPTab) n'est pas adopté, ces produits demeurent régis par l'ancienne loi sur les denrées alimentaires (LDA) de 1992.

Or cette loi établit une distinction entre les «produits nutritifs», qui ne doivent pas mettre la santé en danger, et les denrées d'agrément comme l'alcool et le tabac, qui ne doivent pas présenter un risque sanitaire direct ou inattendu. Dans l'ordonnance sur le tabac (OTab) de 2004, le Conseil fédéral a expressément interdit l'importation et la vente des «produits du tabac destinés à un usage oral». A l'époque, il s'était inspiré du droit européen.

Abus de compétences

Pour la haute cour, le gouvernement a clairement outrepassé sa compétence. D'une part, le droit européen n'avait aucun caractère contraignant. D'autre part, en établissant une distinction entre les produits nutritifs et les denrées d'agrément, le législateur a voulu à l'évidence permettre la vente de l'alcool et du tabac.

Puisqu'aucune des parties ne prétend que le tabac à usage oral présente un risque direct ou inattendu pour la santé, son interdiction est illégale, conclut le Tribunal fédéral. Il est donc ordonné à l'Inspection des douanes de permettre l'entrée en Suisse de la cargaison du recourant.

Dans ses considérants, Mon Repos souligne que la validité de l'ancien droit pour le tabac est limitée à quatre ans au maximum depuis l'entrée en vigueur au 1er mai 2017 de la nouvelle loi sur les denrées alimentaires et les objets usuels (LDAI). Le sort du tabac à usage oral dépendra du régime qui lui sera réservé par le Parlement dans la nouvelle loi sur les produits du tabac. (arrêt 2C_718/2018 du 27 mai 2019) (ats/nxp)

Créé: 11.06.2019, 11h59

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.