Lundi 23 septembre 2019 | Dernière mise à jour 04:09

Syrie «Lafarge est complice de crimes contre l'humanité»

Des ONG demandent la mise en examen du cimentier. Elles accusent l'entreprise d'avoir financé l'EI pour pouvoir poursuivre son activité en Syrie.

Le site de Lafarge à Jalabiya, dans le nord de la Syrie.

Le site de Lafarge à Jalabiya, dans le nord de la Syrie. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Deux ONG ayant porté plainte contre Lafarge ont demandé aux juges de mettre en examen la multinationale pour «complicité de crimes contre l'humanité» en Syrie, a appris mardi l'AFP. Le cimentier est accusé de financement de groupes armés, dont l'organisation Etat islamique (EI).

Dans une note transmise récemment aux magistrats, l'association Sherpa et le Centre européen pour les droits constitutionnels et les droits de l'Homme (ECCHR) considèrent que Lafarge se serait rendu coupable de «complicité de crimes contre l'humanité».

L'entreprise aurait financé l'EI pour pouvoir maintenir l'activité de son usine syrienne de Jalabiya (nord), malgré les menaces sur la sécurité des employés locaux. «A ce stade» de l'enquête, la mise en examen du cimentier comme personne morale sur ce fondement apparaît comme «inéluctable», affirment les associations dans un communiqué commun. Selon elles, la question de telles poursuites se pose aussi pour les ex-cadres ou dirigeants déjà mis en cause. Huit d'entre eux ont été mis en examen dont sept pour «financement d'une entreprise terroriste», à l'instar de l'ex-patron Bruno Lafont.

Responsabiliser les entreprises

«Les entreprises ont les moyens d'alimenter des conflits armés (...)», la lutte contre l'impunité des multinationales devra passer par la mise en cause de leur responsabilité«, a déclaré Sandra Cossart, directrice de Sherpa, dans le communiqué.

Exécutions, enlèvements, violences sexuelles contre les minorités yézidies, kurdes ou chrétiennes: les associations expliquent que les exactions de l'EI sont constitutives de crimes contre l'humanité. Lafarge et ses dirigeants ne pouvaient ignorer qu'ils »contribuaient« financièrement à ces crimes imputés à l'EI «dans la région de l'usine (entre 2012 et 2015) mais aussi dans le reste du monde».

Elles n'écartent ainsi pas l'hypothèse que les attentats du 13 novembre 2015 aient pu être financés grâce aux fonds versés par Lafarge. Les deux ONG, avec 11 anciens salariés, avaient été les premières à lancer une plainte pour »financement du terrorisme" contre Lafarge, qui a fusionné avec le st-gallois Holcim en 2015. (ats/nxp)

Créé: 15.05.2018, 08h57

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.