Jeudi 4 juin 2020 | Dernière mise à jour 07:40

Lauriane Gilliéron «Laissez les chevreuils entrer au cimetière!»

À l'instar de l'actrice vaudoise, les people romands se mobilisent pour les sauver les ruminants menacés d'abattage à Bâle.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Laissez les chevreuils entrer au cimetière!», implore l'actrice vaudoise Lauriane Gilliéron. Avec d'autres people romands comme Alain Morisod ou Laura Chaplin, petite-fille de Charlie, Miss Suisse 2005 s'élève contre l'abattage programmé des chevreuils qui squattent le cimetière Hörnli de Riehen (BS).

Protectrice des animaux, Tomi Tomek a rallié à sa cause une foule de personnalités en moins de 24 heures, comme à son habitude. Il a obtenu d'elles une photo avec une affichette contre l'abattage. «Abattre ces chevreuils? Mon Dieu ce que c'est con!», s'exclame le Genevois Alain Morisod, considérant qu'«on peut tout faire sauf les tuer».

Un peu de cœur, s'il vous plait

«Ma mère serait heureuse d'avoir la visite d'un chevreuil sur sa tombe, ça l'amuserait», confie Alain Morisod. «Un peu de cœur, s'il vous plait. Je suis très touché par cette histoire. Pourquoi ne peut-on pas les capturer et les déplacer?», s'interroge le musicien adepte de l'adage «Ne tirez pas sur le pianiste».

Le directeur du service des jardins à Bâle-Ville Emanuel Trueb s'est déclaré désespéré: «Ils mangent les jeunes plantes et font de grands dégâts, nous devons remplacer ces plantes pour que les proches des défunts retrouvent des tombes correctes». Mais Lauriane Gilléron voit les choses autrement: «Si j'avais des proches dans ce cimetière, je serais ravie que des chevreuils leur rendent visite la nuit. La nature est belle, où est le problème?».

Porte-monnaie

Le cimetière, le plus grand du pays avec ses 54 hectares, dépense quelque 100 000 francs par an pour remplacer les plantes détruites et pour tenter d’éloigner les animaux. Réplique de Lauriane: «Quelle cruauté! On réfléchit avec le porte-monnaie plutôt qu'avec le cœur».

Sa réflexion, c'est que l'abattage de quelques individus dans un troupeau de 25 chevreuils est précipité: «Il y a plein d'autres options, comme un enclos. Ne me dites pas que des bénévoles ne seraient pas prêts à réparer les dégâts. Une collecte peut être lancée et on peut planter des fleurs invendues».

Le nombre exact de chevreuils qu'il faudrait tuer n'a pas été précisé, mais la résistance s'amplifie. Fondatrice de SOS Chats à Noiraigue, Tomi Tomek nourrira la pétition lancée en ligne pour combattre «le massacre prévu des chevreuils au cimetière Hörnli». C'est bien normal: son bras droit Aurore Lecerf pilote un drone pour sauver des faons avant la fauche.

Vincent Donzé

Créé: 13.05.2020, 15h49

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.