Dimanche 16 décembre 2018 | Dernière mise à jour 01:15

Zurich/Grisons Le lanceur d'alerte grison est sous le coup d'une plainte pour escroquerie

Adam Quadroni, qui a révélé au grand jour le scandale des cartels aux Grisons, est accusé d'avoir escroqué un marchand de voitures zurichois.

Image: Twitter@Südostschweiz

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Pour de nombreuses personnes, Adam Quadroni est un héros qui a révélé le scandale des cartels de la construction aux Grisons. Les gens semblent avoir pardonné au quadragénaire d'avoir, lui aussi, fait partie de ces cartels par le passé. Un jeune étudiant alémanique a même lancé une opération de financement participatif pour soutenir le lanceur d'alerte, qui croule sous le dettes. Actuellement, près de 240'000 francs ont été récoltés.

Or selon «Blick», une vieille affaire toujours pas résolue risque désormais de ternir son image. Youssef Itani, un marchand de voitures zurichois, affirme: «Quadroni m'a arnaqué. Il m'a vendu sa Mercedes en juin 2016. Mais je n'ai jamais pu la récupérer tout comme mon argent d'ailleurs.» Le quadragénaire précise avoir porté plainte contre le Grison en août de la même année.

«Procédure toujours en cours»

Contacté par le journal alémanique, le procureur Bruno Ulmi confirme: «Oui, une plainte pénale pour escroquerie a été déposée. La procédure est toujours en cours. Raison pour laquelle nous ne pouvons pas nous exprimer sur cette affaire.»

Que s'est-il donc passé? Youssef Itani explique avoir été contacté par le futur lanceur d'alerte en juin 2016. Selon lui, il voulait lui vendre sa voiture d'occasion. Quelques jours plus tard, le vendeur d'autos s'est donc rendu de Zurich à Ramosch (GR) avec un ami. Son but: acheter et ramener la Mercedes.

«Peut-être que d'autres personnes ont aussi été arnaquées»

Or une fois sur place, il se serait rendu compte que la voiture ne ressemblait pas à celle sur la photo. «Elle était dans un mauvais état. Je lui ai proposé 500 francs et de la faire remorquer ultérieurement.» Quadroni et sa femme auraient alors tout fait pour négocier le prix, affirmant avoir trois enfants à nourrir et des problèmes d'argent. Youssef Itani dit avoir fini par céder: «Je lui ai payé 2000 francs en cash. Il m'a remis une quittance d'achat et une copie des papiers du véhicule.»

Selon Youssef Itani, toutes les futures tentatives pour venir récupérer l'auto sont restées vaines parce que le Grison n'a soudainement plus répondu à ses appels et ses mails. Quadroni ne se serait manifesté qu'à une seule reprise, le 4 juillet 2016: «Il m'a écrit qu'il ne rentrait que le lendemain soir.» Jusqu'à ce jour, le Zurichois assure ne pas avoir pu récupérer la Mercedes. Il ne pense pas non plus revoir un jour son argent. C'est pourquoi l'actuelle opération de financement participatif l'énerve autant. «Peut-être que d'autres personnes ont aussi été arnaquées.»

Procédure de faillite lancée en 2013

«Blick» a confronté Quadroni à ces accusations. Selon le quotidien, le Grison s'est dit étonné et nie avoir négocié la vente de sa Mercedes chez lui à Ramosch. «De quel marchand parlez-vous? Je vais aller me renseigner. La voiture en question a été saisie par les autorités.» Contacté, l'Office des poursuites compétent confirme en effet que la Mercedes a été saisie. La procédure de faillite contre Quardoni serait en cours depuis 2013 et ne serait toujours pas bouclée, informe-t-il sans donner davantage de précisions.

(Le Matin)

Créé: 16.05.2018, 19h22

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.