Mercredi 19 juin 2019 | Dernière mise à jour 09:24

Stupéfiants Lausanne satisfaite de sa lutte contre le «deal» de rue

Sur l’ensemble des tranches horaires et des points chauds concernés à Lausanne où la présence de policiers a été renforcée, plus aucun deal de rue n’a été constaté.

la présence renforcée de policiers a démontré son efficacité contre le deal de rue à Lausanne.

la présence renforcée de policiers a démontré son efficacité contre le deal de rue à Lausanne. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le dispositif de lutte contre le «deal» de rue mis en place il y a un an à Lausanne sera pérennisé. Dans plus de 93% des cas, aucun «deal» de rue n’a été constaté dans les points chauds de la ville, où la présence de policiers a été renforcée, soulignent les autorités.

Lors de sa mise en place, ce dispositif avait suscité des questionnements sur son efficacité et sur de potentiels déplacements de «dealers», dans un contexte de forte pression médiatique et politique. Ces craintes ont pu être dissipées, se réjouit la Municipalité mercredi dans un communiqué.

Réponses concrètes

La forte réactivité opérationnelle et l’impact très important de la présence uniformée ont permis une amélioration significative de la situation. Le maillage policier dans le centre-ville a certes provoqué des adaptations chez les vendeurs, mais des réponses concrètes y sont apportées, sur certaines lignes de bus ou selon de nouveaux horaires, affirment les autorités.

Elles en veulent pour preuve une évaluation chiffrée quotidienne effectuée par l’Observatoire de la sécurité depuis un an. Sur l’ensemble des tranches horaires et des points chauds concernés, dans plus de 93% des cas, aucun deal de rue n’a été constaté dans l’espace public.

Meilleure coordination

La population et les commerçants ont largement relevé les effets réjouissants de cette action sur la convivialité des espaces publics. La présence policière a prévenu la commission d’infractions en lien avec la vente et l’achat de drogues mais elle a également empêché d’autres délits, tout en réaffirmant le rôle social du policier.

Cette présence accrue de la police uniformée au centre-ville entre 7h00 et 23h00 a également eu un impact sur les modalités de vente et de consommation des clients. Une coordination a été mise en place entre différents services de la Ville et avec les associations spécialisées afin de gérer l’évolution des pratiques et leurs impacts sur le domaine public, comme le recommande un rapport mandaté à l’Ecole des sciences criminelles et à Addiction Suisse.

Vendeurs dans la rue

En ancrant ce dispositif dans le socle de base de la sécurité des espaces publics lausannois, la Municipalité veillera parallèlement à ce que la population toxicomane puisse recourir à l’Espace de consommation sécurisé ouvert en octobre 2018. En juin 2018, elle avait décidé de renforcer la stratégie de lutte policière pour répondre aux problèmes récurrents engendrés par la présence continue de vendeurs de stupéfiants en rue.

Le volet principal de ce dispositif consistait à déployer des agents patrouillant seuls en continu entre 8h00 et 22h00, dans six lieux identifiés comme prioritaires. En janvier 2019, au vu de l’impact positif du dispositif, l’horaire a été étendu de 7h00 à 23h00. (ats/nxp)

Créé: 12.06.2019, 13h10

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.