Mercredi 26 juin 2019 | Dernière mise à jour 12:09

Suisse Le burn-out n'est pas une maladie professionnelle

Les frais de traitement du burn-out continueront à être pris en charge par l'assurance-maladie de base.

L'Organisation mondiale de la santé a récemment intégré le burn-out dans sa classification internationale des maladies.

L'Organisation mondiale de la santé a récemment intégré le burn-out dans sa classification internationale des maladies. Image: Photo d'illustration/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Conseil national n'a pas donné suite jeudi par 113 voix contre 54 à une initiative parlementaire de Mathias Reynard (PS/VS) qui voulait que le burn-out soit considérée comme une maladie professionnelle et ainsi soumise à l'assurance-accident.

Accepter le burn-out comme maladie professionnelle permettrait de reconnaître cette maladie en constante augmentation, a expliqué le Valaisan. Et de rappeler que 27,8% des travailleurs se sentent épuisés émotionnellement. Cela mène à une perte de productivité massive pour l'économie suisse équivalente à 1% du PIB.

Les «cramés du boulot»

Les patients, ces «cramés du boulot», seraient mieux pris en charge et leur réinsertion serait facilitée. Pour l'assurance-maladie, le burn-out est considéré comme une dépression et tous les cas ne sont pas couverts.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a récemment intégré le burn-out dans sa classification internationale des maladies. Il y est décrit comme «un syndrome résultant d'un stress chronique au travail qui n'a pas été géré avec succès» et qui se caractérise par trois éléments: «un sentiment d'épuisement», «du cynisme ou des sentiments négativistes liés à son travail» et «une efficacité professionnelle réduite».

Mesures adéquates

Le National a estimé que les programmes de prévention déjà mis en place par l'économie privée sont plus adéquats qu'un transfert de la responsabilité à l'assurance-accidents. Aucune définition claire du syndrome d'épuisement professionnel n'ayant encore été formulée, il n'existe aucune place pour la maladie dans la structure tarifaire Tarmed.

Il est en outre difficile de prouver l'existence d'un lien de cause à effet entre l'activité professionnelle et un burn-out, a souligné Benjamin Roduit (PDC/VS) au nom de la commission. Cette pathologie a des origines diverses qui ne sont pas toutes liées au travail.

Les entreprises devraient faire face à un surcoût important en cas de transfert du burn-out vers l'assurance accident. Mais tout est multi-factoriel, lui a rétorqué Mathias Reynard. En vain. (ats/nxp)

Créé: 13.06.2019, 19h05


Sondage

La vague de chaleur à 40° qui s'annonce cette semaine sur la Suisse vous inquiète-t-elle?



Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.