Dimanche 25 août 2019 | Dernière mise à jour 20:34

Jura Les défenseurs du barrage de la discorde ne lâchent rien

La démolition du barrage d’une ancienne usine hydraulique sur le Doubs au profit de la faune est combattue près de Goumois.

Georges Cattin, président de «Sauvons le Theusseret!» milite pour éviter la déstructuration d'un des sites emblématiques du Doubs franco-suisse.

Georges Cattin, président de «Sauvons le Theusseret!» milite pour éviter la déstructuration d'un des sites emblématiques du Doubs franco-suisse. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Sauvons le Theusseret», c’est un slogan visant la sauvegarde d’un barrage situé à la hauteur du restaurant «Le Theusseret», qui a fêté ses 120 ans en servant de la tête de veau sauce gribiche, le 2 juin dernier à Goumois (JU).

Depuis deux ans, une association présidée par Georges Cattin milite pour empêcher la déstructuration du site où le Doubs est franco-suisse. La destruction du barrage est censée assurer la continuité écologique de la rivière et permettre le brassage génétique des espèces piscicoles, mais elle est perçue au restaurant comme «une atteinte paysagère».

Georges Cattin s’appuie désormais sur un rapport rédigé par un spécialiste d’arasage de barrages: président d’une association proche d’Auxerre (F), Charles-François Champetier étudie des scénarios similaires depuis 2001. Selon lui, le Theusseret figure depuis 1977 dans l’inventaire des paysages et sites naturels d’importance nationale en France. Ce spécialiste n’y a pas trouvé d’apron, ce poisson emblématique qu’il s’agit de sauver.

L’étude de Charles-François Champetier soutient que le barrage n’entrave pas la présence de poissons (truite, chabot, vandoise, vairon, ombre, loche), mais que «leur quantité varie logiquement au rythme du débit du Doubs qui oscille entre 3m³/seconde et 300m³/seconde». La suppression du barrage entraînerait celle d’une roselière utile pour des oiseaux comme le cincle plongeur. Enfin, un projet de micro-centrale hydroélectrique côté français justifierait le maintien du barrage.

Créé: 15.06.2018, 21h08

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.