Mercredi 18 septembre 2019 | Dernière mise à jour 08:41

Suisse Leuthard «supprimerait les journaux gratuits»

La conseillère fédérale était présente à Winterthour (ZH), jeudi, pour la journée du journalisme. Elle n'a pas mâché ses mots.

La conseillère fédérale a parlé d'un langage clair lors de la journée organisée jeudi par l'association «Qualität im Journalismus». (Photo d'archives)

La conseillère fédérale a parlé d'un langage clair lors de la journée organisée jeudi par l'association «Qualität im Journalismus». (Photo d'archives) Image: Keystone

Galerie photo

En images, la carrière de Doris Leuthard

En images, la carrière de Doris Leuthard L'Argovienne a annoncé sa démission du Conseil fédéral pour la fin de l'année. Élue fin 2006,elle a été deux fois présidente de la Confédération.

Galerie photo

Succession Leuthard: les candidats sont connus

Succession Leuthard: les candidats sont connus Trois femmes et un homme se sont officiellement déclarés pour succéder à Doris Leuthard dans le siège du PDC au Conseil fédéral

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Peu avant son départ du Conseil fédéral, Doris Leuthard a porté un regard critique sur la branche des médias lors de la journée du journalisme à Winterthour (ZH). La ministre de la communication supprimerait notamment les journaux gratuits.

Durant ses huit années en tant que ministre de la communication, Doris Leuthard a accompagné une phase importante de la branche des médias: la numérisation, le conflit entre éditeurs, et plus récemment aussi les concentrations et les suppressions d'emplois.

La conseillère fédérale a parlé d'un langage clair lors de la journée organisée jeudi par l'association «Qualität im Journalismus». «Je supprimerais immédiatement les journaux gratuits», a-t-elle notamment lancé, disant ne pas comprendre comment l'on peut offrir des services journalistiques gratuits.

Doris Leuthard a également peu de compréhension pour le rythme de la branche. Selon elle, il n'aurait pas fallu attendre aussi longtemps en matière de numérisation. A présent, les entreprises de médias devraient présenter leurs concepts dans un environnement électronique et investir dans les activités journalistiques.

La vanité des conseillers fédéraux

Doris Leuthard a également commenté son expérience personnelle avec les journalistes. Si on les critique et qu'on leur fait remarquer des erreurs, certains réagissent parfois «de façon hypersensible». Il appartient naturellement aux médias de se montrer critiques, mais ils doivent alors faire des recherches et ne pas simplement se contenter de recopier, a souligné la conseillère fédérale.

En tant que femme en politique, Doris Leuthard a subi un traitement inégal, également par le biais des médias, qui n'informent pas de la même manière sur les conseillers fédéraux ou les conseillères fédérales, a-t-elle souligné. Elle n'a toutefois pas mentionné d'exemples concrets.

Malgré tout, les médias manqueront à l'Argovienne. «Chaque conseiller fédéral est un peu vaniteux», a-t-elle estimé. Tout le monde est dépendant des médias et chacun se sent flatté lorsque les commentaires sont positifs.

Doris Leuthard, âgée de 55 ans, a été élue au Conseil fédéral en 2006. Depuis 2010, elle dirige le Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication (DETEC). En septembre, elle a annoncé son départ du Conseil fédéral d'ici à la fin de l'année. (ats/nxp)

Créé: 22.11.2018, 21h12

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.