Jeudi 20 février 2020 | Dernière mise à jour 02:29

France Retraites: actions ciblées au 44e jour de grève

Les manifestants contre la réforme des retraites ont mené plusieurs actions de contestation vendredi à Paris. Le siège du syndicat réformiste CFDT et le musée du Louvre ont notamment été visés.

Plus d'une centaine de manifestants ont bloqué l'entrée du Louvre vendredi.

Plus d'une centaine de manifestants ont bloqué l'entrée du Louvre vendredi. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Plusieurs actions ciblées, dont une visant la CFDT, ont été menées vendredi au 44e jour du mouvement contre la réforme des retraites, après le tassement de la participation aux manifestations la veille et avant une nouvelle «opération ports morts» des dockers la semaine prochaine.

A Paris, une intrusion au siège de la CFDT, favorable au système universel de retraite par points dénoncé par les grévistes, a suscité de nombreuses réactions de responsables politiques et syndicaux. «Quelques dizaines d'individus se sont introduits violemment dans les locaux de la confédération» et ont «agressé verbalement et physiquement des salariés», a dénoncé Laurent Berger, le secrétaire général du premier syndicat français.

«Ces violences sont une honte pour notre démocratie», a réagi le président Emmanuel Macron dans la soirée. De leur côté, les avocats ont multiplié les actions pendant les audiences solennelles de rentrée des cours d'appel pour protester contre cette réforme.

Plus de cent manifestants ont quant à eux bloqué l'entrée de la pyramide du Louvre, appelant, sans succès, les touristes massés devant les barrière de sécurité à s'associer au mouvement. Conséquence, le musée le plus fréquenté du monde n'a pas pu ouvrir ce vendredi.

La cérémonie des voeux du ministre de la Culture Franck Riester prévue pour lundi dans la capitale a en outre été annulée vendredi soir après que le syndicat CGT eut appelé à manifester à cette occasion. Et l'Opéra de Paris, qui cumule les suppressions de spectacles depuis le 5 décembre, a annulé deux nouvelles représentations vendredi et samedi.

Vendredi soir, plusieurs dizaines de manifestants se sont rassemblés devant un théâtre du nord de la capitale où Emmanuel Macron s'était rendu pour assister à une représentation, a constaté un journaliste de l'AFP.

Selon l'entourage du chef de l'État, il y a eu une tentative d'intrusion dans le théâtre mais le couple présidentiel a pu assister jusqu'au bout à la pièce et a quitté les lieux en voiture vers 22H00 sous escorte policière. La Préfecture de police de Paris a confirmé que les manifestants n'étaient pas parvenus à pénétrer à l'intérieur de l'établissement.

La circulation des trains sera encore perturbée ce week-end par la grève mais devrait connaître une nouvelle amélioration au niveau des liaisons régionales, tandis que le service des TGV (trains à grande vitesse) sera «quasi normal», selon la direction. Le taux global de grévistes à la SNCF, la compagnie nationale des chemins de fer, était vendredi de 4,6%. Du côté du métro parisien, sept lignes de métro sur 16 fonctionneront normalement samedi.

La CGT a par ailleurs appelé à une nouvelle opération «ports morts» la semaine prochaine, pendant 72 heures, après les trois jours d'arrêt du travail de la semaine dernière. La pénurie de certains produits frais - lait, fromages ou jambon - se fait déjà sentir dans les grandes surfaces des territoires d'outre-mer du fait des grèves dans les transports.

Appel à de nouvelles actions

A la Banque de France, le mouvement de grève engagé lundi par plusieurs syndicats se poursuit sur plusieurs sites. Selon Pascal Gabay, de la CGT, «le mouvement va s'étendre aux transporteurs de fonds (qui alimentent les distributeurs)», notamment dans la région parisienne. L'intersyndicale a appelé à de nouvelles actions, en particulier à des manifestations, la semaine prochaine.

Le gouvernement veut aligner la France sur la plupart des autres pays en instaurant un système «universel» de retraite et, donc, supprimer les régimes spéciaux qui permettent par exemple aux cheminots d'arrêter plus tôt de travailler, mais également assurer l'équilibre financier à long terme du système en incitant les Français à travailler plus longtemps, point sur lequel se cristallise l'opposition. (afp/nxp)

Créé: 17.01.2020, 21h49

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.