Lundi 17 février 2020 | Dernière mise à jour 05:22

Plurilinguisme Lucerne votera sur la suppression d'une langue au primaire

L'initiative lancée il y a un an par des représentants de différents partis et l'association des enseignants du canton de Lucerne a abouti.

Les Lucernois voteront sur la suppression de l'enseignement d'une langue étrangère à l'école primaire

Les Lucernois voteront sur la suppression de l'enseignement d'une langue étrangère à l'école primaire Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une étape importante vient d'être franchie. L’aboutissement de cette initiative implique le fait que les Lucernois se prononceront sur la suppression de l'enseignement d'une des langues étrangères à l'école primaire.

Que veut cette initiative? Elle demande que l'enseignement d'une des langues étrangères soit supprimé. Les initiants ont récolté plus de 7000 signatures, alors que 4000 étaient nécessaires.

Le comité interpartis entourant la présidente de l'association des enseignants a déposé mercredi 17 septembre 7144 signatures à la Chancellerie d'Etat du canton de Lucerne, indique-t-il. Le texte réclame qu'une seule langue étrangère soit à l'avenir enseignée à l'école primaire au lieu de deux actuellement, l'anglais dès la 3e et le français dès la 5e.

Langue visée pas précisée

Le texte ne précise pas quelle langue doit être supprimée du programme d'enseignement. Avec cette réduction, les initiants entendent permettre aux élèves d'approfondir leurs connaissances linguistiques en allemand et dans la langue étrangère restante. Les heures supprimées d'anglais ou de français seraient toutefois remplacées par des périodes supplémentaires consacrées aux branches scientifiques.

La réduction de deux langues étrangères au primaire à une seule doit permettre de soutenir les élèves de manière plus équilibrée dans les autres branches et de parer à la pénurie d'enseignants spécialisés, estime le comité. Plusieurs études récentes ont montré que l'enseignement précoce des langues ne donne pas de meilleurs résultats, ajoute-t-il.

En 2006 déjà, l'association des enseignants lucernois avait déposé une initiative dans ce sens. Elle l'avait ensuite retirée pour ne pas isoler le canton de Lucerne face aux travaux du concordat intercantonal d'harmonisation de l'école (HarmoS) et du nouveau plan d'éducation alémanique Lehrplan 21.

Nidwald, Thurgovie, Schaffhouse et les Grisons

La donne a toutefois changé en Suisse alémanique ces derniers mois. En août, le parlement thurgovien et le gouvernement nidwaldien ont décidé de supprimer l'enseignement du français à l'école primaire.

Dans les Grisons, une initiative populaire allant dans le même sens que l'initiative lucernoise a abouti en novembre dernier. Le Parlement schaffhousois a, lui, approuvé un postulat demandant au gouvernement d'exiger une adaptation du concordat HarmoS, afin de supprimer l'obligation d'enseigner deux langues étrangères à l'école primaire.

Vote des enseignants en novembre

Dans les cantons alémaniques non limitrophes de l'espace francophone, le français est actuellement enseigné dès la 5e, contrairement aux cantons limitrophes qui l'enseignent dès la 3e.

La semaine dernière, les associations cantonales d'enseignants se sont prononcées pour la réduction à une seule langue étrangère obligatoire à l'école primaire, précisant qu'il devait s'agir d'une langue nationale. Cette prise de position n'est pas encore définitive. Les conférences romande et alémanique des présidents d'associations d'enseignants voteront sur le sujet en novembre. (ats/nxp)

Créé: 17.09.2014, 12h55

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.