Jeudi 14 décembre 2017 | Dernière mise à jour 18:47

Parlement Vers le maintien du secret bancaire en Suisse

Le National a voté jeudi pour l'abandon définitif de la révision du droit pénal fiscal. Les Etats se prononceront mardi.

La droite avait lancé en 2014 une initiative pour contrecarrer les projets de la ministre des finances de l'époque Eveline Widmer-Schlumpf.

La droite avait lancé en 2014 une initiative pour contrecarrer les projets de la ministre des finances de l'époque Eveline Widmer-Schlumpf. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le secret bancaire pour les clients en Suisse devrait être maintenu. Le National a demandé jeudi au Conseil fédéral d'abandonner définitivement la révision du droit pénal fiscal. Le gouvernement est d'accord. Le Conseil des Etats doit encore se prononcer mardi.

Cette décision devrait conduire au retrait de l'initiative populaire «Oui à la sphère privée», qui veut cimenter dans la Constitution le secret bancaire pour les contribuables en Suisse. La droite l'avait lancée en 2014 pour contrecarrer les projets de la ministre des finances de l'époque Eveline Widmer-Schlumpf.

Le but est d'éviter que les cantons puissent exiger des banques qu'elles fournissent des informations concernant un client en cas de soustraction fiscale, et plus seulement de fraude. Dans le droit actuel, les cantons ne peuvent par exemple pas entendre d'employés de banque ni consulter des données bancaires.

Eveline Widmer-Schlumpf avait proposé que les infractions soient à l'avenir jugées selon leur gravité et en fonction des mêmes critères. Même pour non-déclaration de revenus, les banques auraient été obligées de renseigner le fisc cantonal en cas d'ouverture d'une procédure pénale. Des garde-fous étaient prévus et le secret aurait été maintenu pour la procédure de taxation.

Polémique

Cela n'a pas suffi à calmer les esprits. Après une valse-hésitation, le Conseil fédéral avait gelé le projet en attendant la votation populaire sur l'initiative, qu'il appelait à rejeter. La polémique ne s'est pas calmée pour autant. La droite refuse que l'échange automatique des données fiscales devienne aussi la norme en droit interne.

Le National s'est prononcé en faveur de l'initiative. Elle soutient aussi un contre-projet direct sans liste exhaustive des graves infractions fiscales permettant aux autorités d'accéder à des données bancaires. Le Conseil des Etats a rejeté aussi bien l'initiative que le contre-projet.

Sortir de l'ornière

Pour sortir le dossier de l'ornière, l'idée a été lancée de demander au Conseil fédéral de renoncer définitivement au projet d'Eveline Widmer-Schlumpf. La motion en ce sens a été adoptée par 120 voix contre 64 au National. Si le Conseil des Etats suit, le contre-projet n'aurait plus de raison d'être et l'initiative pourrait même être retirée. Le comité d'initiative attend le vote dans les deux Chambres avant de trancher.

La gauche, le PBD et le PVL se sont opposés en vain à ce que Martin Landolt (PBD/GL) a dénoncé comme un acte d'euthanasie active. Le droit pénal fiscal a pour but un encaissement correct de l'impôt. Or la législation actuelle contient des faiblesses qu'il faut corriger.

Enterrer le projet, c'est renoncer à toute discussion sur le sujet et cimenter une situation désuète, a critiqué le Glaronais. Et de noter que les cantons souhaitent que l'on légifère. Le projet que l'on va abandonner était dépassé et n'aurait pas obtenu de majorité au Parlement, a répliqué le ministre des finances Ueli Maurer.

Les propositions du Conseil fédéral de l'époque ont subi un échec absolu en consultation. De l'eau a coulé sous les ponts depuis. Si l'on veut aborder une nouvelle fois le problème de la soustraction et de la fraude fiscales, il faudrait un tout autre projet, selon le grand argentier. (ats/nxp)

Créé: 07.12.2017, 10h57


Sondage

A quelle fréquence jouez-vous à l'EuroMillions ou au Swiss Loto?





Publicité

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Les plus partagés Suisse