Mardi 16 juillet 2019 | Dernière mise à jour 22:52

Bienne (BE) Maison polémique: «L’acheteur changera la couleur»

La désormais célèbre maison orange de Marie et Willy Zysset est à vendre depuis trois mois. Contraints de repeindre leur immeuble, ils préfèrent quitter la Suisse pour le Cameroun.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Sa maison orange est à vendre et les intéressés comme les curieux défilent à Bienne, route de Mâche 108. Débouté par le Tribunal administratif cantonal, Willy Zysset préfère quitter sa maison plutôt que la repeindre. «L’acheteur changera la couleur», dit-il, entre deux visites.

Sa décision est maintenue, d’entente avec son épouse Marie: le couple s’établira au Cameroun. Départ prévu: le 1er janvier 2019. Leur intention, c’est de remettre leur maison à son nouveau propriétaire avant le 15 janvier, date limite pour repeindre une maison jugée trop criarde par l’administration. «Tout est prêt pour le déménagement. J’ai vendu ma voiture, ma collection de peluches et ma collection d’armes. Les bagages engloberont le mobilier, emportés dans un container», explique-t-il.

Une touche de gaieté

Deux ans de procédure ont usé Willy Zysset, qui a déboursé 27 000 fr. pour passer à l’orange sans permis de construire. «Le prix de la peinture a été déduit du prix de vente: tous les acheteurs potentiels sont avertis de la servitude liée à la couleur interdite», précise le retraité, dans sa maison de dix pièces sur trois étages.

«Certains acheteurs potentiels sont étonnés d’apprendre que la couleur orange doit disparaître», reprend Willy Zysset. Les 4’073 signataires d’une pétition voyaient dans l’orange une touche de gaieté dans un quartier terne, mais Willy Zysset a lâché prise. Sa maison était brunâtre quand il l’a rachetée en 2002, mais l’orange choisi a effrayé l’Office d’urbanisme biennois, selon qui «la couleur d’une façade ne peut être évaluée indépendamment de l’environnement, du contexte global, de la forme générale et de l’affectation du bâtiment».

Nouvelle vie loin «des politiciens bornés»

Le couple prévoit de s’établir à Ngoulémakong, dans une maison de briques en construction. Quelle sera sa couleur? «Je ne l’imagine pas orange: on choisira une teinte qui s’intégrera dans le vert de la forêt. Mais ce sera de préférence une couleur vive», précise Willy Zysset. Ce n’est pas au Cameroun que Willy et Marie Zysset avaient trouvé l’inspiration «feuille d’automne», mais en Norvège.

Au Cameroun, la famille de Marie Zysset possède un terrain grand comme la moitié du canton du Jura. ll y aura des poules, des chèvres, et toute une vie à réinventer pour Willy Zysset, originaire de Courtételle (JU). Sa satisfaction: «Tout ne sera pas simple, mais je me réjouis de ne plus côtoyer des fonctionnaires et des politiciens bornés», dit-il en guise de conclusion.

Créé: 31.08.2018, 10h27

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.